Du fait de la crise, les tensions diminuent sur le marché du travail

Selon des données du ministère du travail, l'indicateur de tension sur le marché du travail, qui mesure le ratio entre offres d'emploi et entrées à Pôle emploi, est en baisse significative de 16% sur un an. Résultat de la crise.

Conséquence de la crise et de carnets de commandes insuffisamment garnis, les entreprises déposent moins d'offres d'emploi. Résultat, l'indicateur de tension sur le marché du travail, qui rapporte les offres d'emploi collectées par Pôle emploi aux entrées à Pôle emploi, est en baisse globale de 4% au deuxième trimestre. Sur un an, ce ratio baisse même de 16%. Et, le niveau de l'indicateur de tension sur le marché du travail est désormais 31 % en deçà de sa moyenne de longue période, selon les dernières données publiées par la Dares (service statistiques du ministère du Travail) qui concernent le deuxième trimestre 2013.

Les offres d'emploi en baisse de 3%

De fait, les flux d'offres d'emploi collectées par Pôle emploi ont diminué ce deuxième trimestre de 3%, alors que les entrés à Pôle emploi ont augmenté de 1% ce trimestre là. Pourtant, il existe quelques exceptions. Ainsi, étonnement, dans le BTP, les offres d'emploi collecté ont… augmenté (3%), résultat l'indicateur de tension dans ce secteur est en légère hausse de 1%. Doit-on y voir un autre signe avant-coureur d'une reprise ? Pas certain, car les tensions dans le BTP demeurent toutefois à un niveau très inférieur à la moyenne sur longue période (-48%). En outre, les tensions en hausse dans le BTP ne concernent que la moitié des métiers proposés. Par exemple, on ne constate aucune tension pour les ouvriers qualifiés du second œuvre du bâtiment, au contraire l'indicateur est en baisse de 4%.

Les tensions en baisse de 7% dans l'industrie

Dans les secteurs industriels, et ce n'est pas une surprise, l'indicateur de tension baisse au deuxième trimestre de 7%, pour le septième trimestre consécutif. Il faut dire que les offres d'emploi ont encore chuté (- 6%), alors que les entrées à Pôle emploi ont progressé de 2%. Ce sont surtout les "industries de process" (-18%), et " l'électricité, électronique" (-13%) qui sont concernés.

Dans le tertiaire, les tensions sont également à la baisse (-4% au 2e trimestre et - 15% sur un an). La baisse la plus importante concerne les "études et recherches" (-16%), due à un net repli des offres collectées dans ce domaine, et « les transports, logistique et tourisme » (- 12%).

Enfin, la part des offres d'emploi durable (sur contrat de plus de 6 mois) est restée stable dans le BTP à 36%, alors qu'elle progresse de deux points dans l'industrie (45%) comme dans le tertiaire (50%).





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir