De moins en moins de demandeurs d'emploi indemnisés par l'assurance-chômage

Les allocataires de l'assurance-chômage perçoivent en moyenne une indemnité de 905 euros par mois selon de récents chiffres du ministère du Travail.

Voici des chiffres qui pourraient mettre fin à certaines idées reçues souvent exprimées dans les débats relatifs aux chômeurs. Selon la dernière étude du service de statistiques du ministère du Travail (Dares) publiée vendredi 6 septembre, sur les 6,7 millions de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en septembre 2016, seulement 37% toutes catégories confondues (A,B,C,D,E) étaient indemnisés par l'assurance-chômage alors que deux tiers peuvent percevoir des indemnités.

Ce qui représente environ 2,4 millions de personnes sur le total. Des chiffres plus récents communiqués par l'Unedic font également le même constat. Sur les 6,3 millions d'inscrits, seulement 2,6 millions étaient allocataires d'une indemnité en 2018. Parfois accusés de mettre l'équilibre financier de l'Unédic dans le rouge, les chômeurs indemnisés ne représentent qu'une minorité des inscrits.

Des indemnisés en baisse

La part des inscrits à l'opérateur public indemnisés par le système assurantiel ou par l'Etat a clairement diminué. D'après les chiffres communiqués par l'administration, la proportion de personnes indemnisées (sur le total des indemnisables) par l'assurance-chômage est passée de 78% à 75% entre 2011 et 2016.

En parallèle, la proportion de ceux ayant reçu une indemnité par l'Etat est restée stable sur la période autour de 88%. Au total, le ratio des indemnisés a perdu plus de deux points passant de 79,4% à 77,2%.

39 euros brut par jour

Au moment de l'étude, les personnes inscrites à Pôle emploi percevaient en moyenne une allocation journalière de 39 euros brut. Durant les 12 mois avant qu'ils s'inscrivent, ces personnes touchaient un salaire quotidien d'environ 65 euros en moyenne. Après leur inscription, les personnes perçoivent environ 965 euros brut.

Mais derrière ce chiffre, des disparités subsistent selon les catégories. Dans le premier décile, les demandeurs d'emploi touchent en moyenne 245 euros contre 1.585 euros pour le neuvième décile. Au final, les allocataires consomment environ 68% de leurs droits au moment de leur sortie, soit 10 mois d'allocations en moyenne.

Changement de règles

Avec l'entrée en vigueur de la réforme de l'assurance-chômage depuis cet été, les règles d'indemnisation ont été clairement chamboulées. Il faudra, à partir du premier novembre prochain, travailler l'équivalent de six mois durant 24 mois pour pouvoir bénéficier des allocations chômage et non plus quatre mois pendant 28 mois. Le principe de dégressivité des allocations versées aux cadres a également été adopté au grand dam des syndicats. Cette dégressivité doit intervenir au bout du septième mois d'indemnisation pour les salariés qui ont revenu brut supérieur à 4.500 euros. Pour rappel, seulement 0,02 touchaient l'allocation maximum de 6.540 euros.

Les règles de calcul ont également été modifiées. Actuellement, la durée d'indemnisation est calculée sur le nombre de jours travaillés pendant la période de référence. A partir de novembre, cette durée sera égale au nombre de jours calendaires, travaillés ou non, à partir du premier jour d'emploi pendant la période de référence jusqu'au terme de celle-ci. Conséquence, les personnes qui ont travaillé de manière fractionnée pendant leur période d'affiliation (en alternant CDD courts et inactivité) auront une indemnisation potentiellement plus longue mais aussi d'un montant mensuel plus faible.


Grégoire Normand


A LIRE AUSSI :

>> Pôle emploi : seuls deux inscrits sur cinq touchent des allocations chômage | Mieux Vivre Votre Argent

>> Le nombre de demandeurs indemnisés par l'assurance-chômage baisse | Rebondir