La négociation sur la réforme de l'assurance chômage va être repoussée

Les partenaires sociaux sont tombés d'accord pour retarder le début des discussions les droits rechargeables à l'assurance chômage à la fin de l'année au lieu de les commencer en automne comme c'était prévu.

On le sentait venir... Un consensus se dégage parmi les partenaires sociaux pour repousser à la fin de l'année la négociation de l'assurance chômage, initialement prévue à l'automne, mais aucune date n'est encore fixée, ont indiqué mardi à l'AFP diverses sources patronales et syndicales.

L'actuelle convention, signée en mai 2011, expire le 31 décembre 2013. Les discussions devaient débuter en septembre ou octobre mais les partenaires sociaux, qui cogèrent l'Unédic, peuvent en attendant proroger les règles actuelles. Le principal enjeu sera de financer la création des "droits rechargeables" prévus par l'accord sur l'emploi alors que la dette de l'Assurance chômage, qui se creuse à mesure que le nombre de chômeurs augmente, devrait atteindre 18,5 milliards fin 2013 et 24,1 mds fin 2014.

Selon une source patronale, "l'hypothèse de travail la plus probable est de démarrer les discussions en décembre avec l'objectif de conclure en mars" mais "le calendrier n'est pas encore arrêté".

"Nous sommes tous d'accord pour laisser passer la négociation sur la formation professionnelle et les arbitrages sur le financement de la protection sociale", explique la négociatrice de la CFDT Véronique Descacq, afin dit-elle d'"avoir toutes les billes en main".

Une position partagée par Stéphane Lardy (FO), qui préconise lui aussi "d'attendre de voir ce qui va se passer sur la négociation formation professionnelle et sur la loi de financement de la sécurité sociale, notamment en terme de transfert de cotisations".

Le patron de la CFDT Laurent Berger avait été le premier, vendredi dans un entretien au Figaro, à réclamer de repousser les discussions "à la fin d'année".

Lundi, la présidente de la CFE-CGC, Carole Couvert, avait elle aussi demandé un report d'un trimestre, à début 2014, afin de "dissocier" ces discussions du débat engagé sur les retraites. Le syndicat des cadres avance aussi l'argument que les partenaires sociaux auront dans quelques mois "une idée plus précise du retour à la croissance".

Un argument aussi mis en avant par la CGT: "la situation économique nous mettra peut-être en situation plus favorable dans quelques mois", explique Eric Aubin (CGT).

avec AFP


>> DIAPORAMA : Affiches : Assurance chômage "négociation" fin 2013

Affiche 2
Affiche 2 Affiche 2
Affiche 3
Affiche 3 Affiche 3
Affiche 4
Affiche 4 Affiche 4
Affiche 1
Affiche 1 Affiche 1




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir