Perdre son emploi, une peur partagée par 30% des Français

Même si le taux de chômage est en baisse, les salariés ont toujours une certaine angoisse sur leur avenir professionnel. Ce sont les actifs aux salaires les plus faibles et les jeunes qui ont le plus peur d'être licenciés au cour de l'année, selon une étude Glassdoor.

L'angoisse d'être au chômage est tenace. Même si l'économie hexagonale a retrouvé des couleurs, 29% des Français craignent que le climat social ait un impact négatif sur l'activité de leur entreprise, selon une étude Glassdoor. Ils sont même 30% à avoir peur de perdre leur emploi au cours de l'année.

"Malgré un taux de chômage historiquement bas, cela signifie probablement que le marché du travail en France est en proie à des incertitudes et que cela devrait se poursuivre cette année", analyse John Lamphiere, directeur général de l'EMEA chez Glassdoor.

Faire des économies pour les mauvais jours

Les 18-34 ans sont les plus inquiets, puisqu'ils sont 37% à craindre le licenciement, tandis qu'ils ne sont plus que 16% chez les plus de 55 ans. Les salariés aux revenus les plus faibles sont aussi ceux qui craignent de faire les frais du climat social tendu. 45% des actifs touchant moins de 20.000 euros par an craignent de perdre leur emploi.

Les Français se préparent même à affronter des jours moins fastes : 39% ont réduit leurs dépenses par crainte d'être au chômage. Ils sont même 43% chez les jeunes et 57% chez les salariés ayant des revenus inférieurs à 20.000 euros par an.

Une part des Français est épargnée par ces incertitudes, et pense au contraire que l'année est propice à des évolutions professionnelles. 38% des sondés pensent que c'est le moment idéal pour chercher un nouvel emploi. La part monte même à 44% chez les salariés touchant plus de 50.000 euros par an, probablement des cadres pour qui le marché de l'emploi est particulièrement favorable.