Comment désendetter l'assurance-chômage ?

À la demande du gouvernement, les partenaires sociaux entament quatre mois de négociation pour réformer l’assurance chômage et trouver 1 à 1,3 milliard d’euros d’économies par an.

[Les huit organisations syndicales (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC et CFTC) et patronales (Medef, CPME et U2P) vont ouvrir une négociation sur l’assurance chômage, à la demande du gouvernement. Celui-ci veut qu’elles modifient les règles de l’indemnisation pour réduire les dépenses de 1 à 1,3 milliard d’euros par an pendant trois ans. Objectif : accélérer le désendettement de l’Unédic. La dette diminuera à partir de 2019, mais pas assez vite pour le gouvernement. Les partenaires sociaux devront s’attaquer aux règles de cumul emploi-chômage.

Décourager les contrats courts

Sur les 3,7 millions de chômeurs qui ont droit à une indemnisation, 1,7 million travaille chaque mois. Il faudra surtout trouver une solution pour décourager les contrats très courts. Les fins de CDD et d’intérim sont responsables de 40 % des indemnisations. En ligne de mire, les secteurs qui, comme l’hôtellerie-restauration, multiplient les CDD de moins d’un mois et réembauchent des salariés régulièrement, pendant plusieurs mois. Entre deux contrats, ces personnes coûtent cher à l’assurance chômage. Plusieurs syndicats refusent d’examiner une piste suggérée par le gouvernement, celle de la dégressivité des allocations pour les plus hautes rémunérations. Or ce sont les premiers mois d’indemnisation qui coûtent cher et les allocations élevées sont rares (5 % des chômeurs touchent plus de 2 250 euros).





CÉCILE MAILLARD


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir