Un vol en parapente pour retrouver la voie de l'emploi

Pôle emploi Montbéliard et l’association Para-Déclic de Besançon ont offert un vol en parapente à trois demandeurs d’emploi. Destinée à leur redonner confiance en eux, cette première expérience pourrait être renouvelée.

« C’était magique ! On a couru et c’est monté d’un seul coup. Hop ! Et là-haut, c’était vraiment magnifique. C’est vraiment le grand déclic. » Une douzaine de minutes après s’être envolé du mont Poupet, près de Salins-les-Bains, dans le Jura, Salim Benammar vient tout juste de se poser sur la piste d’atterrissage des parapentes, en contrebas.

Le sourire jusqu’aux oreilles, le regard encore rempli des panoramas d’altitude, il a le phrasé galvanisé par les sensations qu’il vient de vivre. « Ça rebooste ! Après ça, on est prêt à rencontrer n’importe quel patron. On se sent pousser des ailes. »

À ses côtés, Franck Ménestret, qui a été son moniteur pendant le saut, sourit. Cet enthousiasme après un vol en parapente, il en a l’habitude. C’est même pour le susciter qu’il a créé en février dernier, à Besançon, l’association Para-Déclic qu’il préside.

« Je peux le faire »

Après avoir emmené dans les airs des personnes malades, déficientes ou handicapées « pour leur redonner goût à la vie », c’est la première fois qu’il proposait ses services à des demandeurs d’emploi. « L’idée est née voilà deux mois lors d’une rencontre avec le Pôle emploi de Montbéliard », explique-t-il en déployant sa voile pour un nouveau saut. « Car un vol en parapente peut aussi être une occasion de redonner confiance, de réapprendre à maîtriser ses craintes et les doutes comme de retrouver la force de dire “Je peux le faire, je l’ai fait, je suis fort et capable !”»

Redynamisation et image de soi

« Oui et cela rentre complètement dans le cadre de notre programme “Les défis de l’emploi’’», confirme Sandrine Cavoleau, directrice de Pôle emploi Montbéliard.

« Notre volonté étant de faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin, nous avons trouvé très intéressant de tenter l’expérience de proposer un vol en parapente avec Para-Déclic à trois demandeurs d’emploi en suivi renforcé. »

Si la direction de Pôle emploi a commencé par dire « ouh là là ! » en raison des questions de sécurité, très vite rassurée, elle a ensuite donné son feu vert en disant « pourquoi pas ? »

L’objectif étant d’évaluer ensuite l’impact de cette première sur les bénéficiaires en termes d’image de soi et de redynamisation.

Pour l’heure, les trois candidats au grand saut oscillent entre « petite appréhension », comme pour Aïssa, 55 ans, et « grosse excitation » pour Guillaume et Salim, 24 et 21 ans. Dans quelques minutes tous les trois seront ravis de « l’avoir fait ».

Après des mois de galère, ce grand bol d’air constitue non seulement une expérience unique et inespérée (« J’avais vu ça à la télé, mais jamais je n’aurais pensé avoir l’occasion de pratiquer un jour du parapente », confiait ainsi Aïssa), mais aussi, tout le monde l’espère, un tremplin. Pour un nouvel envol dans la vie.

Contact, www.paradeclic.fr

Pierre LAURENT



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir