Louis Gallois: «Le chômage longue durée doit être déclaré Grande cause nationale»

Faut-il obliger les entreprises à recruter pour résorber le chômage longue durée? C'est la question provocatrice qui a fait l'objet des débats ce lundi au Conseil économique, social et environnemental (CESE). Pour Louis Gallois, Président de la Fédération des acteurs de la solidarité, à l'initiative de cette journée, il est urgent d'agir.

LE FIGARO.- Pourquoi avoir organisé cet évènement sur le chômage longue durée?

Louis GALLOIS.- Ce phénomène est une véritable gangrène du corps social. Il concerne 2,5 millions de demandeurs d'emploi [au chômage depuis plus d'un an, NDLR], et un peu plus de 3 millions de personnes, si on prend en compte ceux qui ne s'inscrivent pas à Pôle emploi. Aucune solution n'a été trouvée jusqu'à présent. La reprise économique profite aux cadres, aux salariés déjà formés mais pas aux chômeurs longue durée. Pour résoudre ce problème, il faut impliquer tous les partenaires, que ce soient les syndicats, les entreprises ou les collectivités locales. C'est pourquoi je milite pour que le chômage longue durée soit déclaré Grande cause nationale.

Quelles mesures mettre en place pour lutter contre ce fléau?

La coercition n'est évidemment pas le meilleur moyen pour régler le problème. On ne peut pas obliger les employeurs à recruter des chômeurs longue durée et, surtout, les entreprises ne doivent pas porter seules cette responsabilité. La diminution du nombre d'emplois aidés m'a déçu mais la réforme de la formation est une bonne nouvelle. Il faut soutenir toutes les expérimentations locales qui permettent de créer des passerelles entre les projets d'insertion et les entreprises, c'est pourquoi nous demandons une augmentation du budget alloué à l'Insertion par l'Activité Économique (IAE). Ces dispositifs permettent d'accompagner les parcours de ceux qui ont des problèmes de logements ou qui ont besoin de formations en savoir-faire et savoir-être.

Un contrôle accru des chômeurs est-il une réponse adaptée? N'est-ce pas stigmatisant?

Je ne suis pas en faveur d'une augmentation du contrôle des chômeurs. Il existe déjà des mesures de contrôle et elles sont suffisantes. Les chômeurs longue durée se stigmatisent eux-mêmes car ils n'ont plus confiance en eux et ont peur de plus être à la hauteur. De l'autre côté, des entreprises sont en pénurie de main-d'œuvre mais hésitent encore à recruter ces personnes car ils craignent des pertes de compétitivité. D'où la nécessité de mettre en place des mesures incitatives.


Alice Kachaner



A LIRE AUSSI :

>> Chômage: inverser la courbe en fin de mandat ne suffira pas…

>> Une solution venue du terrain pour les chômeurs de longue durée



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir