Chômage : le nombre de demandeurs d'emploi en baisse de 1% au premier trimestre, selon Pôle emploi

Pôle emploi a publié ses chiffres du chômage pour le premier trimestre. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité diminue de 1% sur trois mois.

Alors que le nombre d'inscrits en catégorie A (sans aucune activité) à Pôle emploi avait stagné en 2017, il repart à la baisse sur le premier trimestre 2018 (-1%), selon des chiffres publiés mercredi par le ministère du Travail. Il s'agit de la première publication trimestrielle depuis l'abandon, sur volonté du gouvernement, des données mensuelles, dans le but d'avoir des tendances plus fiables.

La catégorie A reprend sa décrue

Fin mars, il y avait donc 3,44 millions de demandeurs d'emploi dans cette catégorie (en France métropolitaine), en baisse de 1% par rapport à décembre 2017, soit 33.300 personnes en moins. En incluant l'Outre-mer, la France compte 3,70 millions de chômeurs, en baisse de 0,9% sur trois mois (-32.100 personnes). Au premier trimestre 2018, toutes les catégories d'âge profitent de cette baisse : -0,6% chez les moins de 25 ans, -1,2% chez les 25-49 ans et -0,6% chez les plus de 50 ans. Sur un an, la baisse est particulièrement sensible pour les jeunes (-3,9%) mais la situation des seniors se détériore (+0,4%).

Le panorama est plus contrasté sur le critère de l'ancienneté. Alors que les demandeurs d'emploi inscrits depuis moins d'un an retrouvent du travail (-1,6%, et même -2,5% pour les moins de six mois), c'est toujours aussi compliqué pour les chômeurs de longue durée (+1,9% pour les plus d'un an et même +3,9% de un à deux ans). Enfin, la baisse n'est pas répartie de la même façon selon les régions. Si la Nouvelle-Aquitaine (-2%) et la Bourgogne-France-Comté (-1,8%) font figure de bons élèves, l'Île-de-France (0%) et la Corse (+0,2%) sont à la traîne.

Toujours beaucoup de temps partiel

En revanche, si on regarde le nombre total de personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi, le tableau est moins reluisant. En effet, le nombre d'inscrits en catégorie B (moins de 78 heures travaillées dans le mois) et en catégorie C (plus de 78 heures) augmente respectivement de 1,8% et 1,4% (en France métropolitaine). C'est notamment la situation des personnes ayant travaillé entre 120 et 150 heures qui attire l'attention avec une hausse de 8,2% sur un mois. Cette forte hausse symbolise selon certains syndicats la précarisation croissante du monde du travail, hypothèse renforcée par les records atteints par l'intérim actuellement.

Au total, Pôle emploi décompte 5,62 millions d'inscrits dans les catégories A, B et C, stable sur un trimestre (+100 personnes) mais en forte hausse de 2,1% sur un an. En ajoutant l'Outre-mer, le nombre de demandeurs d'emploi dans les catégories A, B et C atteint 5,93 millions, également stable sur trois mois et en hausse sur un an (2,1%). Avec les catégories D et E (personnes non tenues de chercher un emploi), il y avait, au total, 6,26 millions d'inscrits sur les listes de Pôle emploi fin mars en France métropolitaine (6,59 millions avec l'Outre-mer).





A LIRE AUSSI :

>> Chômage: 2018 débute par une baisse en demi-teinte | Libération | 25/04/2018

>> Une baisse du chômage en demi-teinte pour ce début d'année 2018 | Capital.fr | 25/04/2018




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir