Les emplois francs, nouvelle mesure du gouvernement pour l’emploi dans les quartiers

François Hollande a choisi mercredi 31 juillet la ville de Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, pour faire la promotion des emplois francs, nouveau type de contrat aidé mis en place depuis le début de l’été.

QU’EST-CE QU’UN EMPLOI FRANC ?

Ce dispositif expérimental d’accès ou de retour à l’emploi à destination des jeunes originaires des zones urbaines sensibles (ZUS) consiste en une aide de 5 000 €, versée en deux fois, à l’issue de la période d’essai et après dix mois de contrat, à une entreprise qui embauche en CDI un jeune entre 16 et 30 ans au chômage. Le salarié doit également résider dans l’une des trente zones urbaines sensibles (ZUS) sur les 750 que compte le territoire.

Le premier contrat de ce type a été signé le 10 juillet à Marseille en présence de François Lamy, ministre délégué à la ville. Environ 2 000 contrats francs doivent être signés d’ici à un an et 10 000 dans les trois années à venir.

Les emplois francs sont un nouveau type d’emploi aidé, qui s’ajoute aux « emplois d’avenir » et aux « contrats de génération ». Fin juin, 30 329 jeunes peu qualifiés avaient signé des emplois d’avenir depuis le lancement du dispositif en novembre 2012. En ajoutant les6 000 « emplois d’avenir professeur », une mesure réservée aux étudiants qui se destinent à l’enseignement, et les contrats signés depuis lors,le cap des 40 000 auraient été atteints depuis la mi-juillet.

QUELLE EST LA NOUVEAUTÉ DU DISPOSITIF ?

"Il y a un message particulier ici : c’est de faire confiance aux villes et aux quartiers", a déclaré le président de la République, parrainant symboliquement la signature de l’un des premiers "emplois francs". C’est une "mesure anti-discrimination", un "signe qui est envoyé : habiter dans un quartier comme celui-là, Clichy, c’est non seulement pas un handicap mais une chance pour trouver un emploi ".

À Clichy, ce contrat d'"emploi franc" a été conclu entre une petite entreprise d’électricité de la commune, Pôle emploi, et Gilmar Montero-Varela, un jeune de 21 ans sans formation inscrit au chômage depuis 2011. "Si la ville va mieux, l’entreprise ira mieux aussi", a observé Arnaud Lecomte, le patron.

Sans relance de l’activité économique et de l’emploi, les efforts consentis en faveur des quartiers populaires "risquent de paraître vains même s’ils sont majeurs", a abondé mercredi le président de la République, soulignant que ces quartiers sensibles étaient frappés par un taux de chômage deux fois supérieur à la moyenne nationale.

Ce déplacement présidentiel n’a pas convaincu l’UMP, qui, par la voix de sa secrétaire générale adjointe Camille Bedin, a accusé François Hollande d’essayer de "faire oublier son inaction en faveur des banlieues". Selon Camille Bedin, "le candidat Hollande avait beaucoup promis, le président a beaucoup trahi. La situation est pire qu’avant : plus d’insécurité, moins d’égalité des chances (…) et moins d’emploi."


Julien Duriez avec AFP


A LIRE AUSSI :

>> Les emplois aidés, un pis-aller plus qu’une solution durable | La Croix - Mathieu Castagnet | 03/07/2013



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir