Comment Pénicaud a (définitivement?) réglé leur sort aux chiffres mensuels du chômage

Ce mercredi soir à 18h sera publié le nombre des inscrits à Pôle emploi pour le mois de novembre. Une donnée que la ministre du Travail ne commente plus depuis le mois de mai et qu'elle a prévu de remplacer au 1er trimestre 2018 par un indicateur plus fiable et moins volatile.

Ce ne seront pas les derniers chiffres mensuels du chômage qui vont être publiés, ce mercredi soir à 18 heures pétantes -heure de levée de l'embargo-, mais on en sera plus très loin... Et c'est peu de dire que l'on est en train de vivre une petite révolution avec ces fameux DEFM de Pôle emploi -traduisez demandeurs d'emploi en fin de mois- qui ont donné des sueurs froides à tous les ministres du Travail qui se sont succédé rue de Grenelle (et aussi à Bercy pendant quelque temps) depuis 10 ans. Et pour cause, cette donnée administrative -il s'agit d'un relevé du nombre d'inscrits dans les fichiers de Pôle emploi à la fin de chaque mois- a fait la pluie et le beau temps en France pendant une décennie en France.

 


«Le nombre de personnes inscrites peut être affecté par différents événements de nature administrative, entraînant une fluctuation qui ne reflète pas bien l'évolution du marché du travail»
Muriel Pénicaud, mai 2017


À chacune de ses publications, les ministres en poste s'arrachaient les cheveux -ou ce qu'il en restait pour certains- pour déminer une hausse du nombre d'inscrits en catégorie A ou se satisfaire d'un reflux. Elle a même été portée comme un étendard par un président de la République -François Hollande, pour ne pas le citer- qui avait promis d'en inverser la courbe pour pouvoir se représenter. Et bien, cette donnée est sur le point -à raison- de disparaître du paysage médiatique sans que cela émeuve grand monde. À son arrivée au 127 rue de Grenelle en mai, Muriel Pénicaud a en effet suivi le conseil de sa prédécesseure, Myriam El Khomri -qui avait elle-même succédé à François Rebsamen, lui promettant sur le sujet de grands moments de solitude-, de s'en défaire le plus et le plus tôt possible. Sitôt en fonction, la nouvelle ministre du Travail s'est engagée à ne pas les commenter. Puis elle a fait mieux, en organisant son extinction pour le premier trimestre 2018...

Opération jugée impossible il y a peu de temps, les DEFM vont en effet bel et bien disparaître du paysage médiatique -la Dares, le service statistique du ministère du Travail, ne publiera plus chaque mois un document de 13 pages- dans les mois à venir et être remplacés par des indicateurs moins volatils. Tout juste les tableaux excel des variations des différentes catégories seront-ils mis à jour sur le site du ministère, sans aucune communication ou action pour le faire savoir. Quand on se rappelle les Unes des journaux de 20h et les manchettes des quotidiens le lendemain qu'une forte variation engendrait, on mesure -et les anciens ministres surtout- le chemin parcouru... Les DEFM mensuels vont en fait être remplacés, question communication, par des DEFM trimestriels boostés pour mieux coller aux tendances du marché de l'emploi.


«La périodicité mensuelle de cette donnée entraîne une volatilité structurelle de l'information qui brouille plus qu'elle n'éclaire les tendances de fond sur le niveau de chômage»
Muriel Pénicaud, mai 2017


La Dares a d'ailleurs déjà fait évoluer il y a deux ans son indicateur phare en calculant des moyennes mobiles sur trois ans et un an, les jugeant plus fiables que la variation mensuelle. Mais accolées aux baisses et hausses parfois spectaculaires au mois le mois, elles n'ont jamais réellement percé... On verra si, débarrassées des chiffres mensuels, elles parviendront à exister un peu plus. L'an 1 des nouveaux chiffres du chômage -qui a déjà commencé par l'organisation tous les trois mois des RV de Grenelle, symposium organisé au ministère du Travail où des économistes débattent publiquement d'une batterie d'indicateurs sur le marché de l'emploi- est prévu pour le printemps prochain...

Mais pour rester un peu dans l'ancien monde, la tendance des DEFM mensuels est loin d'être bonne. Après avoir baissé de 109.700 en 2016, le nombre d'inscrits en catégorie A (sans activité) à Pôle emploi en France entière (dom compris) a progressé de 19.800 sur les dix premiers mois de 2017 mais reste sur une baisse de 32.900 les trois derniers mois. Le tableau est encore plus sombre si on ajoute les catégories B et C -qui comptabilisent les inscrits en activité réduite, c'est-à-dire qui ont effectué des petits boulots durant le mois considéré- puisque la hausse frôle les 160.000 depuis le début de l'année après une quasi-stagnation en 2016 et sur les trois derniers mois. Pis, depuis le début de la crise à la mi-2008, le nombre d'inscrits dans l'ensemble des 5 catégories de Pôle emploi a explosé de près de 3 millions, dont 62.800 au cours des dix derniers mois, et n'a en 114 mois reflué que... 13 fois, dont 6 les 14 derniers mois.


Marc Landré



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir