Les chômeurs "en vacances aux Bahamas", palme de l'indécence à ce député macroniste en plein "Paradise Papers"

Il a osé : Le député macroniste Damien Adam s'en prend à "certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l’assurance chômage"…

On se demande bien pourquoi certains hommes politiques s'embêtent à travailler. Car à les entendre, le chômage est la garantie d'un quotidien paradisiaque. Après Laurent Wauquiez dénonçant les "chômeurs qui profitent de la vie", après Christophe Castaner insistant sur le fait que "la liberté, ce n'est pas bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances", c'est un député un peu moins connu qui s'est illustré en déplorant les odieux privilèges dont bénéficieraient selon lui les personnes en recherche d'emploi.

Dans une interview au journal local Paris Normandie, donnée le 4 novembre dernier et repérée ce jeudi par Le Lab, le député de la République en marche (LREM) de Seine-Maritime Damien Adam est questionné sur un éventuel durcissement des critères de contrôle à Pôle emploi. Et répond tout en finesse : "Ce n'est pas une question de sévérité, mais plutôt de définir des règles claires et comprises par tout le monde. Car quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l'assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête !". Un jugement brutal épinglé par le secrétaire de section PS local, Arnaud Mouillard.

 


"Quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l'assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête !"
Damien Adam député macroniste



Brutal, et légèrement indécent au vu de l'actualité concernant les Bahamas… Ces derniers jours, les "Paradise Papers" confirment plutôt ce qu'on savait déjà, à savoir que ces îles des Caraïbes offrent un asile confortable non pas à la France d'en bas mais plutôt aux "premiers de cordée" : elles sont en effet un paradis fiscal majeur, par lequel transitent les centaines de millions d'euros que les multinationales et les grandes fortunes soustraient à l'impôt. En septembre 2016, les "Bahamas Leaks" révélaient déjà à quel point ce pays d'à peine 400.000 habitants était devenu un centre névralgique de la finance offshore. À l'époque "chargé d'offres marketing" au Crédit Agricole, et payé plus de 2.500 euros par mois d'après sa déclaration d'intérêts, Damien Adam préférait donc manifestement enrager sur les prétendus chômeurs en goguette sur les plages bahaméennes...

NB : pour rappel, l'indemnité moyenne des chômeurs de catégorie A (ceux qui ne parviennent pas à trouver d'emploi) est de 1.010 euros net par mois, d'après une étude d'Alternatives économiques. Sur le site d'Air France, un aller-retour en classe économique à Noël aux Bahamas coûte (au minimum) 1.640 euros.


Damien Adam répond à la polémique

Réagissant à l'article de Marianne et à ceux de nos confrères du Lab, du Huffington Post et de Franceinfo, Damien Adam a fait son mea culpa dans un tweet… sans se renier sur le fond : "Je regrette que mes propos aient pu blesser. Mon intention n'a jamais été d'incriminer tous les chômeurs", s'est excusé le député LREM. Qui tient donc à préciser que son attaque ne visait que les chômeurs... qui partent en vacances aux Bahamas.








A LIRE AUSSI :

>> Chômeurs «qui partent en vacances aux Bahamas»: nouveau malaise chez LREM | Le Figaro | 09/11/2017

>> Chômeurs "qui partent en vacances aux Bahamas": le député LREM regrette | L'Express | 09/11/2017



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir