Baisse du chômage : "Il y a un côté trompe-l’œil"

Gilbert Cette, professeur d'économie à l'université d'Aix-Marseille, a relativisé mardi sur franceinfo la portée de la baisse du chômage enregistrée en novembre.

C'est une première depuis la crise de 2008. Le nombre d'inscrits à Pôle emploi n'exerçant aucune activité a baissé en novembre, pour le troisième mois consécutif. Selon Gilbert Cette, professeur d’économie associé à l’université Aix-Marseille, "c’est toujours une bonne surprise, [mais] il y a un côté trompe-l'œil", explique-t-il mardi 27 décembre à franceinfo.

Les chômeurs ayant exercé une activité ont en effet augmenté. "Au total, si on additionne les chômeurs de catégorie A et les chômeurs ayant exercé une activité, le nombre de chômeurs augmente", souligne Gilbert Cette. "L’inversion de la courbe du chômage sera nette, claire, indiscutable, quand tous les indicateurs seront orientés à la baisse", a expliqué le professeur d'économie.

 


"Tous les indicateurs ne sont pas orientés à la baisse"

Gilbert CETTE professeur d'économie à franceinfo


Cette baisse du nombre de chômeurs de catégorie A s'explique en partie par le vaste plan de formation lancé par François Hollande. Il consiste à remettre en formation 500 000 chômeurs. "Cet effort de formation est une bonne chose. Il contribue à la baisse du nombre de chômeurs", rappelle Gilbert Cette.

"Il faut se féliciter de la baisse de chômeurs de catégorie A, mais d’autres éléments d’alerte demeurent", a estimé le professeur d'économie. Pour autant, "le nombre de chômeurs seniors augmente [et celui des] chômeurs de longue durée de plus d’un an est également inquiétant", poursuit l'économiste.

Prenant en exemple les pays nordiques, l'Allemagne ou encore le Royaume-Uni, Gilbert Cette constate qu'"il est clair que des politiques efficaces n’ont pas été engagées avec suffisamment de détermination sur les 10 dernières années pour sortir de façon définitive du chômage" en France.






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir