Toulouse : Une collecte pour donner aux chômeurs la dégaine de l’emploi

SOLIDARITE Tailleurs, costards ou chemises… Jusqu’à vendredi vous pouvez donner des vêtements à des demandeurs d’emploi qui n’ont pas forcément la garde-robe de rigueur avant un entretien…

Passée la joie de décrocher un entretien d’embauche, il y a un « détail » qui peut paralyser, voire pousser à l’abandon : la certitude de n’avoir rien à se mettre sur le dos, du moins rien qui « colle » aux circonstances.
C’est pour enlever cette grosse épine du pied des chômeurs que l’association Reflet 31, qui s’est donnée pour mission de leur redonner confiance, a constitué un vestiaire plutôt classe. Il est garni de costumes, tailleurs, foulards ou cravates.

Une petite contribution

On ne s’y sert pas comme dans un rayon de magasin. « Il faut prendre rendez-vous pour un accueil-café d’environ trois quarts d’heure », explique Corinne Aadam-Copee, la fondatrice de l’association qui dispense aussi des conseils de maquillage ou de posture. « Les bénéficiaires doivent verser une contribution de 50 centimes par pièce, précise Catherine Régis, la responsable du vestiaire. S’ils n’ont pas d’argent sur eux, ils repassent toujours ».

Cette initiative originale a « touché », Marie-Jeanne Fouqué, l’adjointe à l’Emploi. « J’ai assisté à l’assemblée générale de Reflet31 et j’avoue que j’ai eu la larme à l’œil quand des bénéficiaires ont expliqué à quel point un simple vêtement leur avait donné de l’assurance », raconte l’élue.

Trois jours de collecte

Du coup, pour la deuxième année consécutive, la Mairie et la Métropole ont décidé de donner un coup de pouce. Jusqu’à vendredi vous pouvez déposer costumes et sacs à main, à l’accueil du Capitole, de Toulouse Métropole (à Marengo) ou sur le site municipal de la Daurade. « On prend aussi les chaussures ! », lance Corinne Aadam-Copée.
Symboliquement, le maire, Jean-Luc Moudenc (LR), a mis en dépôt des chemises et un costume. « C’est une action de solidarité concrète pour laquelle chacun peut faire un geste, confie l’édile. Je ne sais qui portera mes vêtements. J’espère que chacun imaginera avoir le costume du maire et que ça aura un effet psychologique »…

Helene Menal



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir