Le Train pour l'emploi démarre à Paris

Tours, Metz, Toulouse ... Durant plus de deux semaines, le Train pour l'emploi et l'alternance va sillonner la France, à travers 12 villes-étapes. Les organisateurs de ce job dating constatent déjà une forte affluence en ce premier jour, à Paris.

À vos CV. Initiée par Pôle emploi, l'Afpa (organisme de formation professionnelle pour adultes), Adecco et le Medef, la 7e édition du Train pour l'emploi et l'alternance débute ce lundi et durera jusqu'au 23 novembre. «L'objectif est de mettre en relation des recruteurs qui ont des besoins de recrutement réels et les demandeurs d'emploi», explique Jérôme Rivoisy, directeur général adjoint de Pôle emploi, au Figaro. Pour cette première journée, les candidats embarquent à Paris, depuis la gare du Nord, voie 11.

Le train est composé de cinq voitures, chacune représentant une étape vers l'embauche ou la formation. Première étape, réaliser un auto-diagnostic à l'aide d'un agent pour établir un premier bilan personnel. Objectif, permettre de cibler une formation ou un secteur d'activité vers lequel se tourner, dans le deuxième wagon. La troisième voiture est, quant à elle, consacrée à la création d'entreprise.

Plus de 200 candidats accueillis... en quarante minutes

Pour rencontrer les recruteurs, il faut se rendre dans le quatrième wagon: agences d'emploi et entreprises. Monoprix, Ikea, Leroy-Merlin, Generali... Au total, 150 recruteurs sont réunis. Les organisateurs conseillent de se munir d'un CV et d'une lettre de motivation. Dernière étape enfin, en queue de train, avec la voiture numéro 5, où sont organisés des conférences et ateliers. Dans les faits, aucune étape n'est obligatoire, et certaines peuvent même -comme l'auto-diagnostic- être anticipées par le biais de l'application Train Emploi-Pôle Emploi, disponible sur iOS et Android. Il est aussi possible de prendre rendez-vous avec un recruteur pour être certain d'avoir un entretien.

Mais concrètement, qu'est-ce que ça change? «L'intérêt du train est de casser les codes traditionnels de la recherche d'emploi», soutient Alain Druelles, directeur de l'Éducation et de la Formation au Medef, au Figaro. Autre avantage, «permettre un gain de temps pour les deux parties», reconnaît le directeur adjoint de Pôle emploi. Plus largement, le train pour l'emploi doit concourir au plan “500.000 formations” mis en place par le gouvernement.

>> Lire aussi: Le gouvernement va dédier 200 millions en 2017 au plan 500000 formations pour les chômeurs

Une recette qui semble fonctionner. «Nous avons estimé que 1500 à 2000 personnes allaient venir, par jour, mais nos prévisions sont aujourd'hui démenties», se réjouit Michel Fremder, président de Trains Expo Événements à la SNCF, au Figaro. «En quarante minutes, nous avons accueilli 200 personnes à l'ouverture». Prochaine étape à Metz, où les organisateurs espèrent le même succès.


Pauline Chateau



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir