Chômage : derrière la baisse de la catégorie A en juillet, la douche écossaise

François Hollande et la ministre du Travail Myriam El Khomri se félicitent d’une baisse tendancielle du chômage en n'évoquant que la baisse en catégorie A de juillet. Pôle Emploi enregistre cependant en juillet 7 500 inscrits de plus en catégorie A, B et C (ou 45 100 inscrits supplémentaires sur trois mois).

Quelques minutes à peine avant la publication des chiffres du chômage par Pôle Emploi, François Hollande en visite mercredi 24 août à Trélazé (Maine et Loire), se félicitait devant son auditoire, de ce que la baisse du chômage s’amplifie en France depuis le début de l’année. Ajoutant toutefois prudemment: « Il peut y avoir des mois qui se révèlent être moins, mais la tendance est là.»

A 18 heures, douche écossaise ! Selon les statistiques de Pôle Emploi, le mois de juillet est… un piètre cru. Le nombre de chômeurs en catégorie ABC a en effet cru de 7 500 personnes ( 45 100 sur trois mois). Quand bien même sur le dernier trimestre, le nombre de radiations administratives d’inscrits - 52 000 - gonflaient de 11,1%... Des données erratiques, moins fiables que celles plus optimistes de l’Insee qui, le 18 août, affirmait que la courbe du chômage s’était inversée, le taux de chômage en France retombant de 10,2% à 9,9% ? Peut-être.

La ministre du Travail Myriam El Khomri préfère donc mettre en avant la baisse de 19 500 de privés d’emplois sans aucune activité (catégorie A), par rapport au mois de juin. Et souligne que ces résultats globaux sont le fruit de la politique volontariste et ciblée du gouvernement. Avec raison. En juillet dernier, 5 000 chômeurs sont sortis de ces statistiques en basculant en catégorie D, signe que leurs entrées en formation s’accélèrent. Et 2 000 inscrits ont signé un contrat aidé ou créé leur entreprise. Pour l’embellie franche de l’emploi en France, on espère une rentrée plus dynamique.





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir