L'homme-sandwich a gagné son pari

IL S'EST DONNÉ corps et âme pour trouver du travail... Habillé durant une journée en homme-sandwich dans le centre-ville de Limoges (Haute-Vienne) Cédric Solignac, ingénieur commercial de 38 ans, a réussi à trouver un boulot en moins d'une semaine, là où ses démarches traditionnelles avaient échoué durant près d'un an.
« Cela faisait dix mois que je cherchais du travail. J'avais obtenu 4 entretiens à Toulouse, Clermont, Paris ou Bordeaux mais aucun dans ma région. J'étais inscrit partout, à Pôle emploi, sur Internet, sur les réseaux sociaux mais ça ne marchait pas. J'ai finalement décidé de me vendre dans la rue. »

Un CDI dans sa ville

Entouré de ballons gonflables et d'une pancarte « Ingénieur commercial actuellement en solde. Dernière démarque, il n'en reste plus qu'un », il recueille des dizaines de contacts, distribue son CV à tour de bras, passe 5 entretiens en l'espace de cinq jours et a fini par décrocher le poste dont il rêvait, un CDI dans sa ville.
« Je n'avais aucun a priori, je parlais vraiment à tout le monde, les jeunes comme les anciens, en partant du principe que chacun pouvait connaître un employeur potentiel dans son entourage. J'ai été très étonné des réactions des gens dans la rue. Il y avait beaucoup de générosité à mon égard. Certains m'ont même donné de l'argent. Et puis on m'a proposé plein de postes. »
Ironie de l'histoire, la société Escure Emballages qui vient de le recruter recherchait ce type de profil depuis dix mois mais n'était jamais tombé sur le CV du trentenaire. « C'est ça qui est incroyable. A Pôle emploi, jamais l'informatique ne nous a mis en relation alors qu'on est dans la même ville ! L'informatique, c'est comme si nous étions dans une file d'attente avec des milliers de gens devant nous, estime l'heureux élu. Il faut sortir la tête des réseaux sociaux et des sites Internet spécialisés. Il faut arrêter le virtuel, aller dans la rue à la rencontre des gens, créer du lien. Il n'y a alors plus de limites. »
Cédric Solignac attaquera son boulot en septembre et recherche un job d'été en août afin de payer son loyer. Il espère aussi que son histoire sera utile. « La première fois que cela a été fait, c'était en 2001 à Paris, à La Défense. On voit que ça marche encore... Mon exemple du fond de la campagne limousine pourra, je l'espère, servir à d'autres. »

Franck Lagier



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir