Inversion de la courbe du chômage ? Hollande désinforme les Français

Avant toutes choses, la France a besoin de retrouver confiance en elle, en ses forces vives, en ses capacités à innover.

Commenter les chiffres du chômage est devenu un triste sport national. Le gouvernement applique la méthode Coué, proclamant à qui veut l’entendre que cela « va mieux ». Trois ans après les promesses non tenues, François Hollande se félicite tout haut de l’« inversion de la courbe du chômage ». Le pédalo a tenu le cap en pleine tempête, nous dit-il. Ce n’est pourtant pas ce qui ressort de la dernière édition du rapport « Perspectives de l’emploi », rendu par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Dans un tweet assez drôle, le journaliste du Monde, Abel Mestre, a ironisé sur la dernière victoire de l’équipe de France de football : « Griezmann est tellement fort, tellement capable de tout, qu’il va faire réélire Hollande. » Il est vrai que « Grizou », comme le surnomment ses coéquipiers, est un joueur d’exception, peut-être même un futur fuoriclasse amené à progressivement remplacer ses aînés Messi et Ronaldo dans le cœur des amateurs de football. Néanmoins, son immense talent sportif ne suffira pas à faire oublier la réalité. Hollande ne récupérera pas des victoires footballistiques à la manière de son maître Chirac. La France de 2016 est bien différente de la France de 1998.

Stefano Scarpetta, directeur de la division emploi de l’OCDE, souligne que la France « reste à la traîne du mouvement de reprise observé » dans le reste des pays membres de l’organisation. Plusieurs éléments factuels inquiètent, révélant les faiblesses inhérentes du marché de l’emploi français : l’écart entre le taux de chômage français et le reste de la zone OCDE s’est creusé lors des dernières années, passant de 0,3 point en 2009 à une prévision 3,6 points fin 2017 ; le chômage de longue durée est endémique à la France, où plus de deux chômeurs sur cinq sont sans emploi depuis au moins un an ; une partie de la jeunesse de France est condamnée à l’inactivité, la proportion de « décrocheurs » ayant largement plus augmenté que dans le reste de la zone ; 90 % des nouveaux contrats sont à durée déterminée…

Si le constat de l’organisation est sans appel, les solutions préconisées pour relancer l’embauche surprennent. L’OCDE, coincée dans des schémas d’un autre âge, recommande principalement des réformes légales, portant sur le Code du travail. Il semblerait que les experts de l’OCDE sachent mieux rapporter des chiffres que les analyser.

L’hibernation du marché de l’emploi français n’est pas due qu’à la fiscalité ou aux règles parfois trop contraignantes encadrant le travail salarié en France, mais à un contexte macroéconomique défavorable. La France souffre de sa dette colossale, des boulets que l’Union européenne lui inflige, d’une monnaie peu adaptée à ses besoins, d’une désindustrialisation programmée par le haut, d’une immigration de masse et d’un assistanat démesuré.

Les mesures légales et fiscales sont des mesurettes qui ne régleront pas nos problèmes sur la longue durée. L’économie est une science molle. Avant toutes choses, la France a besoin de retrouver confiance en elle, en ses forces vives, en ses capacités à innover, en ses spécificités. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons endiguer cette spirale infernale. François Hollande ne désinforme pas uniquement quand il dit que les choses s’arrangent, mais aussi quand il prétend que la loi El Khomri permettra d’inverser la donne. Jamais un Code du travail ne créera de l’emploi ; seule l’économie réelle donne des emplois.





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir