La courbe du chômage va clairement s’inverser cette année, selon l'Insee

+ DOCUMENT - Grâce à la reprise économique, au Cice et aux baisses de charges, l’économie française créerait 210.000 emplois en 2016. Ces créations d’emplois, supérieures à la hausse de la population active, feraient reculer de taux de chômage à 9,5 %.

Enfin ! La courbe du chômage va clairement s'inverser cette année. C'est en tout cas ce que prévoit l'Insee. Dans ses dernières prévisions présentées ce jeudi (voir document ci-dessous), l'institut anticipe un taux de chômage touchant 9,5 % de la population active à la fin de l'année, contre 9,9 % fin 2015. Attendue pour la fin 2013, l'inversion de la courbe du chômage, tant promise par François Hollande, devrait donc avoir lieu avec trois ans de retard. Mais le président de le République peut quand même répéter sa phrase désormais célèbre : « Ca va mieux ».

En effet, l'activité économique repart. Le climat des affaires s'améliore et les perspectives de demande sont désormais favorables. L'Insee table ainsi sur une croissance de 1,6 % cette année grâce à la hausse de la consommation, qui s'explique notamment par la baisse du prix du pétrole, et à la progression des investissements engagés par les entreprises.

« Associé aux politiques d'allègement du coût du travail, ce rythme d'activité générerait la création d'environ 210.000 emplois sur l'année. Ce serait suffisant pour que le chômage baisse, de l'ordre de 0,4 point d'ici fin 2016 », estime Vladimir Passeron, chef du département de la conjoncture à l'Insee.

« Cette reprise de l'emploi s'explique par une activité mieux orientée mais aussi par un enrichissement de la croissance en emplois apporté par le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice), le pacte de responsabilité et la prime de 2.000 euros à l'embauche dans les PME » décrypte Dorian Roucher, économiste à l'Insee.

Surtout des créations dans les services

Selon les estimations de l'Insee, ces trois dispositifs enrichiraient la croissance en emplois de 95.000 postes en 2016 après avoir permis de créer 80.000 emplois l'année précédente. Ainsi, l'économie française devrait créer 139.000 emplois dans le secteur marchand cette année et, même si le nombre d'emplois aidés créés va baisser par rapport à l'an passé, l'emploi total progressera.

L'immense majorité de ces créations proviendra des services. L'industrie continuera à en détruire, environ 30.000 et la construction aussi mais dans des proportions bien moindres qu'au cours des dernières années. Certes, le marché du travail n'est pas extrêmement dynamique puisque, l'an dernier, le secteur privé avait créé 110.000 emplois, soit un niveau relativement proche de celui anticipé cette année. Mais les créations d'emplois attendues en 2016 devraient permettre à l'économie française de passer au-dessus de la ligne de flottaison. Et cela change tout.

Environ 210.000 postes créés

« D'ici à la fin de l'année, les créations d'emplois seront nettement supérieures à la hausse de la population active », selon Dorian Roucher. Environ 210.000 postes seraient créés alors que la population active devrait grimper de 113.000 personnes, à croire les calculs de l'Insee. Comme le gouvernement a lancé un grand plan de formation des chômeurs en janvier dernier, « le nombre d'actifs diminuerait de près de 30.000 entre fin 2015 et fin 2016 », selon l'Insee qui estime que ce plan fera à court terme reculer le nombre de chômeurs de 30.000, soit un recul de 0,1 point du taux de chômage. Mécaniquement, le taux de chômage passera donc de 9,9 % à la fin de l'année dernière à 9,5 % en France fin 2016.

Pas sûr que soit suffisante sur le plan politique. Mais sur le plan économique, l'avenir des 2,9 million de chômeurs s'éclaircit.

POUR EN SAVOIR PLUS :

DOCUMENT La note de conjoncture de l'Insee


GUILLAUME DE CALIGNON



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir