Ce que cachent les bons chiffres des intentions d'embauche en 2016

Tous les indicateurs semblent au vert du côté des perspectives de recrutement des entreprises en 2016, selon la dernière enquête de Pôle emploi sur le sujet. Peut-être, mais ces résultats sont à prendre avec de pincettes. Explications.

Bonne nouvelle sur le front de l’emploi? Les employeurs semblent reprendre confiance en l’avenir, et cela se ressent du côté de leurs perspectives d’embauche pour 2016, à en croire la dernière enquête sur les "Besoins en main-d’œuvre des entreprises", publiée par Pôle emploi et le Crédoc, le 12 avril dernier. Le nombre de projets de recrutement repart en effet à la hausse. Avec une augmentation de 5,1% du nombre d’ouvertures de postes cette année, les entreprises prévoiraient ainsi de recruter 88.000 personnes de plus que l’an passé. Au total, Pôle emploi a recensé 1.827.300 d’intentions d’embauche, dont près des trois quarts issues des entreprises de moins de 50 salariés, soit le plus haut niveau depuis sept ans.

Parmi les secteurs les plus concernés par cette reprise, ceux des services tiennent le haut de l’affiche. Représentant à eux seuls 41% des projets, les besoins de main-d’œuvre dans les services aux particuliers progressent par exemple de 4,5% cette année. Après une année 2015 morose (-16,6%), les projets de recrutement dans la construction repartent nettement à la hausse (+12,4%). Le secteur agricole affiche quant à lui toujours un volume de projets élevés, portant pour la quasi-totalité d'entre eux sur des emplois saisonniers (ex: viticulteurs-arboriculteurs, agriculteurs-ouvriers agricoles). Des soubresauts sont de même constatés sur certains métiers, en particulier du côté des agents de sécurité et de surveillance (+6.248 projets), des artistes (+6.074) et des professionnels de l'animation socio-culturelles (+5.874), certainement dopés par la conjoncture actuelle post-attentat d'une part, et la réforme des rythmes scolaires d'autre part.

Problèmes persistants de recrutement

A noter toutefois que si le nombre global d'intentions d'embauche augmente, celui des établissements envisageant de recruter stagne. Ainsi, à peine une entreprise sur cinq (20,5%) prévoirait d'étoffer ses effectifs en 2016 (contre 20,7% en 2015). Par ailleurs, ce sont les entreprises de moins de 10 salariés qui concentrent près de la moitié de ces projets (45%). Or, ce sont celles-là même qui rencontrent le plus de difficultés à attirer la main-d'oeuvre adaptée. Inadéquation des profils, pénurie de candidats, inadaptation aux conditions de travail... Autant de freins qui entravent les embauches et génèrent de réelles complications dans le développement de certaines activités. Ainsi, dans des métiers en tension tels que celui des ingénieurs ou des aides à domicile et ménagères, plus de 60% des projets de recrutement sont jugés difficiles à mener à bien cette année, selon les employeurs interrogés. Enfin, l’enquête se base sur des déclarations d’intention des entreprises. Reste désormais à vérifier si ces derniers passeront bien des paroles aux actes, et enrayeront, par là même, la courbe du chômage.

Méthodologie: L’enquête porte sur l'ensemble des employeurs hors administrations de l’État (Ministères, Police, Justice…) et entreprises publiques (Banque de France…). Cette définition correspond au total à 2.300.231 établissements pour la France (extraits du répertoire SIRENE), dont 1.644.935 ont été interrogés cette année. Au total 436.445 établissements ont répondu au questionnaire. Les résultats ont été redressés pour être représentatifs de l'ensemble des employeurs.


Perroud Marion



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir