Le nombre de chômeurs en pré-retraite en chute libre

D'après une récente étude du ministère des Affaires sociales, le nombre de demandeurs d'emploi bénéficiaires de l'allocation équivalent retraite et de l'allocation transitoire de solidarité a baissé de 22,5% en 12 mois. Une bonne nouvelle en trompe-l'œil.

L'information peut paraître paradoxale en ces temps de hausse du chômage : le nombre de demandeurs d'emploi bénéficiant d'un dispositif de pré-retraite est en net recul. D'après une étude de la direction des statistiques du ministère des Affaires sociales publiée le 5 janvier 2016, on dénombrait 21.900 bénéficiaires de l'allocation équivalent retraite (AER) et de l'allocation transitoire de solidarité (ATS) au 31 décembre 2013. Soit une chute de 22,5% sur un an.

L'AER et l'ATS, qui l'a remplacée au 1er juillet 2011 pour les nouveaux entrants, sont des allocations destinées aux chômeurs nés avant 1954 disposant du nombre de trimestres nécessaires pour percevoir une pension sans décote, mais qui n'ont pas atteint l'âge légal de départ à la retraite (60 à 62 ans selon la date de naissance). Ces deux dispositifs ont été fermés. Une prime transitoire de solidarité (PTS) a été mise en place pour les chômeurs justifiant de tous leurs trimestres nés en 1954 et en 1955.

Effet « carrière longue »

Ces multiples changements expliquent en partie le repli du nombre d'allocataires. D'autant que, à chaque fois, l'aide n'est pas automatiquement versée : il faut en faire la demande à Pôle Emploi. Mais encore faut-il que les demandeurs d'emploi seniors soient bien informés... Par ailleurs, « l'assouplissement des conditions d'accès au dispositif de départ anticipé pour carrière longue contribue à cette baisse », estime l'auteur de l'étude.

Le décret du 2 juillet 2012 signé par François Hollande a étendu le périmètre de la retraite anticipée pour carrière longue qui permet aux actifs ayant commencé à travailler jeune et justifiant de tous leurs trimestres de partir avant l'âge légal. Le dispositif est désormais accessible aux assurés ayant démarré leur carrière avant 20 ans au lieu de 18 ans auparavant. Une extension qui a profité à certains chômeurs quinquas.

Moins de chômeurs éligibles

Enfin, si le nombre de bénéficiaires de l'AER et de l'ATS chute, c'est aussi parce qu'il y a de moins en moins de demandeurs d'emploi qui disposent de tous leurs trimestres avant 60 ans ou même 62 ans. « Les études sont plus longues, les carrières plus heurtées et la durée de cotisation requise s'allonge », rappelle l'auteur.

En augmentant la durée de cotisation d'un trimestre tous les trois ans à compter de la génération née en 1958, la dernière réforme des retraites devrait amplifier le phénomène. Si le nombre de chômeurs en pré-retraite baisse, ce n'est donc pas forcément une bonne nouvelle.


Jean-Philippe Dubosc

A LIRE AUSSI :

>> Le chômage pèse sur les finances des régimes de retraite | ToutSurMesFinances.com - Jean-Philippe Dubosc | 26/01/2016






Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir