Chômage de masse : Larrouturou dépose une plainte contre l'Elysée

Le fondateur de Nouvelle Donne a décidé de poursuivre en justice dix conseillers, ministres et parlementaires pour leur inaction contre le chômage.

Peut-on poursuivre les gouvernants pour leur inaction contre le chômage ? Poil à gratter de la gauche socialiste, Pierre Larrouturou en est convaincu. Peu impressionné par l'amélioration des chiffres de septembre, le fondateur de Nouvelle Donne s'apprête à déposer jeudi 29 octobre, devant le procureur de la République de Paris, une plainte pour "non-assistance à personne en danger" visant le gouvernement. Mercredi soir, il en peaufinait la rédaction avec son équipe.

Considérant que le chômage provoque, selon une étude de l'Inserm, de 15.000 à 20.000 morts par an et que le gouvernement a dédaigné des moyens simples et efficaces pour le faire baisser, il invoque la responsabilité des plus hauts fonctionnaires français dans la tragédie.

Dix dirigeants et conseillers visés

Le coupable ultime ? François Hollande. Mais les justiciers de Nouvelle Donne ne sauraient le viser directement, protégé qu'il est par l'immunité présidentielle. Du coup, la plainte cible dix actuels ou anciens conseillers du prince, ministres ou leaders parlementaires :

♦ Jean-Pierre Jouyet (Secrétaire général de l'Elysée)

♦ Michel Yahiel (Conseiller social)

♦ Emmanuel Macron (ex-conseiller économique, actuel ministre de l'Economie)

♦ Manuel Valls (Premier ministre)

♦ Michel Sapin (ministre des Finances)

♦ François Rebsamen (ex-ministre des Affaires sociales)

♦ Myriam El Khomri (ministre du Travail et de l'Emploi)

♦ Jean-Pierre Bel (ex-président du Sénat)

♦ Claude Bartolone (Président de l'Assemblée nationale)

♦ Bruno Le Roux (président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale)

Larrouturou espère que ce "coup" ranimera le débat sur le chômage et la responsabilité des gouvernants…

A l'appui de sa thèse, l'apôtre de la semaine de quatre jours publie un livre intitulé - quelle coïncidence ! - "Non-assistance à peuple en danger" (Fayard). Brisant le "off", il y raconte comment il a tenté, en vain, de promouvoir à Matignon et à l'Elysée quelques mesures simples de son invention, susceptibles de réduire le chômage.

Mais ni l'activation des dépenses d'allocations chômage pour compenser une réduction du temps de travail ni l'investissement des 37 milliards du fonds de réserve des retraites dans la construction n'ont été retenus par Ayrault et Hollande… Du coup, Larrouturou se mue en témoin à charge ! Et, au cas où sa plainte serait jugée irrecevable (ce qui est probable), il songe déjà à la porter devant la Cour européenne des droits de l'homme.


Pascal Riché


A VOIR AUSSI :




A LIRE AUSSI :

>> Baisse du chômage: "Personne n'est dupe", juge Pierre Larrouturou | BFMTV - RMC | 29/10/2015



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir