500 000 emplois non pourvus en France : mythe ou réalité ?

Selon Véronique Descacq, secrétaire générale adjointe de la CFDT, 500 000 offres emplois ne sont pas pourvues en France. La France manquerait-elle de travailleurs ?

Réalité selon les chiffres de Pôle Emploi…

Un demi-million d’offres d’emploi publiées par Pôle Emploi ne trouverait pas preneur. Dans un pays où le nombre de chômeurs culmine à 3,26 millions, la donnée avancée par la secrétaire générale adjointe de la CFDT peut étonner.

Le « fantasme » des offres d’emploi non pourvues, expression du journaliste Marc Landré, n’est pas nouveau. Déjà en 2011, Nicolas Sarkozy citait ce même nombre. Calculé grâce aux chiffres donnés par Pôle Emploi, il correspond à la différence entre les offres collectées par Pôle Emploi sur la totalité de l’année et le nombre d’offres indiquées comme « satisfaites » par les recruteurs auprès de l’organisme.

Sur la totalité de l’année 2012, Pôle Emploi a comptabilisé 456 000 offres d’emplois non satisfaites, soit 15,1 % des offres collectées sur le site.

… À nuancer

Cette donnée avancée par Pôle Emploi reste approximative. Les recruteurs peuvent déposer une annonce sur Pôle Emploi et embaucher sans finalement passer par l’agence. Par ailleurs, Pôle Emploi ne récolte qu’un tiers des offres d’emplois en circulation sur le marché du travail : il devrait donc y avoir beaucoup plus de 456 000 offres d’emplois non pourvues.

En 2013, le nombre de projets d’embauches annoncées à Pôle Emploi s’établit à 1 613 100 projets, en progression de 0,3 % par rapport à 2012 (1 608 700 projets). Les difficultés de recrutement exprimées par les employeurs concernent 40,4 % des projets d’embauche en 2013, contre 42,6 % en 2012.

En comptant les postes vacants (postes restant encore à pourvoir) sur Pôle Emploi, il y aurait 685 306 emplois non pourvus ou vacants en France en 2012 et une projection de 651 693 en 2013.

Variations selon les secteurs

55 % des projets sont jugés difficiles dans la construction (58 % en 2012) et 43 % dans l’industrie (49 % en 2012). Les métiers des services aux particuliers (aides à domicile & aides ménagères, cuisiniers, employés de maison…), mais également de l’industrie (ingénieurs et cadres d’études, R & D en informatique, chefs de projets informatiques), et de la santé (aides-soignants) rassemblent une majorité de projets considérés comme problématiques par les employeurs.

Avec 14 % des intentions d’embauche, l’hôtellerie-restauration constitue toujours le premier pôle de recrutement national, talonnée par les services aux entreprises (12 %) et la santé-action sociale (12 %)

Le secteur des services concentre, à lui seul, 64 % des projets de recrutement, en très légère hausse (1,1 %). Le commerce voit également ses perspectives d’embauche progresser (+1,9%) par rapport à 2012, avec 11 % des projets en 2013.

Économie



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir