Les chômeurs travaillent pour Hollande

C'est parti pour l'opération grand nettoyage des fichiers.

Depuis ce lundi 28 septembre, 200 agents de Pôle emploi ont pour mission de passer un grand coup d'aspirateur sur les chômeurs qui cherchent pas "activement" un boulot. Ils seront radiés, dans un premier temps, quinze jours, puis, s'ils récidivent, six mois.

Traquer les fraudeurs, c'est un métier noble qui requiert une sorte d'instinct de chasseur. Il faut repérer les tire-au-flanc, puis fraper sans se laisser attendrir par des arguments fallacieux. Par exemple, ces pleureurs qui, dans le Morbihan, racontent que pas plus de 600 jobs à durée indéterminée sont proposés chaque mois aux 22 700 sans-emploi. Et, donc, que le découragement peut gagner certains.

Le nouveau corps d'élite devra contrôler chaque année 200 000 suspects. Le rêve serait qu'il puisse en débusquer la moitié, comme les limiers de Pôle emploi l'ont réussi dans l'une des régions où la technique a été rodée : la Franche-Comté. Ensuite le bras ne devra pas trembler. Le gisement peut ainsi être évalué à une centaine de milliers de "faux chômeurs", qui devraient être éjectés, sachant qu'en un an le nombre d'inscrits a augmenté de 154 000.

Plus qu'une cinquentaine de milliers à trouver (par exemple, en les entassant dans des stages), et la courbe sera inversée. Grâce a quoi Hollande pourra se présenter pour un nouveau mandat.

La politique, finalement, c'est simple, il suffit de savoir compter.

Mercredi 30 septembre 2015 - N° 4953


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir