Plus de 50.000 chômeurs supplémentaires en six mois

Le nombre de demandeurs d'emploi a atteint 3.553.500 au mois de juin.
La stabilisation du mois dernier (+ 1.300 personnes) est en trompe-l'oeil, les modes de calcul de Pôle emploi venant de changer.
Sur un an, le chômage toutes catégories a augmenté de 7,1 %.

A défaut de s'inverser, la courbe du chômage est en voie de stabilisation. C'est du moins la conclusion que tire le ministère du Travail à la lecture des chiffres publiés lundi par Pôle emploi. En juin, on comptait en effet seulement 1.300 demandeurs d'emploi en catégorie A de plus qu'en mai. Mais cette stabilisation est en trompe-l'oeil, car Pôle emploi a changé ses méthodes de calcul, ce qui rend délicates les comparaisons. Ainsi, si la hausse annoncée pour le mois de juin est bien inférieure à celles des mois précédents (+ 16.200 au mois de mai, + 26.200 en avril et + 15.400 en mars), Pôle emploi souligne que s'il n'y avait pas eu de modification du mode de calcul, le nombre de demandeurs au mois de juin aurait augmenté de 11.300 en catégorie A…



Selon ce nouveau mode de calcul, qui permet de mieux prendre en compte les demandeurs d'emploi en formation, en service civique ou en contrat aidé, le nombre de chômeurs n'ayant pas du tout travaillé dans le mois s'établit à 3.553.500, auxquels il faut ajouter les 1.843.900 personnes qui ont exercé une activité réduite (catégorie B et C). Ces trois catégories confondues (catégories A, B et C), le niveau du chômage a baissé de 0,3 % (- 16.800) le mois dernier. Ce qui est très inhabituel par rapport aux tendances des mois précédents. Mais là encore, Pôle emploi précise que sans changement de calcul, le chiffre des demandeurs d'emploi de catégories A, B et C aurait été plus élevé (de 24.800), et aurait donc, in fine, augmenté.

Les seniors en difficulté

Une chose est sûre, l'analyse sur longue période reste préoccupante. Si, depuis le début de l'année, le nombre de demandeurs d'emploi a crû en moyenne de « 8.800 personnes chaque mois, soit deux fois moins qu'au second semestre 2014 », se félicite le ministère, la hausse cumulée depuis janvier dépasse les 50.000 personnes. Les demandeurs d'emploi de moins de 25 ans sont légèrement moins nombreux en juin (- 1,1 %, soit 545.300) mais sur un an, la progression est de + 1,8 %. La situation est plus préoccupante pour les chômeurs de 50 ans ou plus, dont le nombre n'augmente que de 0,6 % en juin (pour atteindre 852.900), mais de 8,5 % sur un an. Toutes catégories confondues, le chômage est en hausse de 7,1 % sur un an.

Pour le ministre du Travail, François Rebsamen, l'amélioration du mois de juin « devra être confirmée dans les prochains mois pour faire durablement reculer le chômage ». Le gouvernement compte en particulier sur l'effet combiné des baisses de charges sur les bas salaires, en vigueur depuis le début de l'année, sur les mesures annoncées en juin par le Premier ministre pour les PME, dont une aide de 4.000 euros pour l'embauche d'un premier salarié, et surtout sur le retour d'une croissance plus soutenue.

Selon les prévisions de l'Unédic, la situation pourrait s'améliorer dès cet été, avec un premier recul du nombre de demandeurs d'emplois. Mais au total, le nombre de chômeurs augmenterait tout de même de 12.000 en 2015. Ce n'est que l'année prochaine qu'il commencerait réellement à reculer, avec 60.000 demandeurs d'emploi en moins. Cette première embellie ne concernerait toutefois que les chômeurs de catégorie A. Pour les autres, c'est-à-dire les personnes travaillant en activité réduite et en emploi précaire, leur nombre devrait continuer de progresser fortement d'ici à la fin de l'année, avec plus de 130.000 personnes supplémentaires, selon l'Unédic.

Marie Bellan



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir