La France va enfin créer des emplois en 2015... mais le chômage ne baissera pas

Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee, pour la première fois depuis trois ans, la France va créer des emplois dans le secteur marchand cette année (+ 41.000). Mais cette reprise ne sera pas suffisante pour faire baisser le chômage du fait de la progression de la population active.

Le plus dur est-il passé sur le front de l'emploi ? A en croire la dernière note de conjoncture de l'Insee, l'embellie semble maintenant très proche. Mieux même, pour la première fois depuis trois ans, l'emploi marchand non agricole augmenterait en 2015 avec un solde positif de 41.000 postes supplémentaires, avec une nette accélération au second semestre (+ 35.000 postes, après seulement + 6.000 au premier semestre).

41.000 postes supplémentaires dans le secteur marchand


Un sacré contraste avec l'année précédente où la France avait encore perdu 45.000 postes dans le secteur marchand. Dans le secteur non marchand, c'est moins une surprise car le gouvernement met le paquet sur les contrats aidés, l'emploi continuerait d'augmenter cette année (+ 53.000). Au total, l'emploi progresserait de 114.000 postes en 2015 après + 41.000 en 2014. Mais, l'année dernière, cette progression était uniquement due au seul secteur non marchand. Un résultat, note l'institut de la statistique, imputable à l'élévation du rythme de croissance (1,2% attendu en 2015) et aux effets de l'enrichissement de la croissance en emplois dus à la mise en place du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et au pacte de responsabilité.
Signe avant-coureur d'une reprise des embauches, le nombre des intérimaires va légèrement augmenter cette année (+10.000).

L'industrie et la construction vont encore perdre des postes

Si l'on se concentre sur les grands secteurs d'activité, il apparait que le tertiaire devrait créer 64.000 postes au second trimestre (hors intérim), après 42.000 au premier semestre. En revanche, dans l'industrie, les pertes d'emplois vont perdurer en s'atténuant tout de même. Après avoir perdu 35.000 postes en 2014, le recul ne serait plus « que » de 14.000 postes au premier semestre puis de 11.000 au second. Le même constat s'impose dans la construction où l'emploi n'a cessé de baisser depuis la crise de 2008-2009. Après 45.000 postes supprimés en 2014, ce nombre atteindrait... 50.000 cette année.
Mais les créations d'emplois attendues en France cette année vont avoir un effet très limité sur le chômage selon l'Insee, en phase sur ce point avec les perspectives de l'Unedic dévoilées mari 16 juin.

Le taux de chômage va quasi stagner

Déjà, au premier trimestre, le nombre des demandeurs d'emploi a diminué de 38.000 (selon la définition du « chômeur » retenue par le Bureau international du travail qui diffère de celle de Pôle emploi). Résultat, le taux de chômage en France métropolitaine s'est réduit de 0,1 point en un trimestre, passant de 10,1% à 10%. Au second semestre, le chômage resterait quasi stable avec un taux de chômage de 10,1% car les créations nettes d'emploi seraient suffisantes pour compenser la hausse de la population active. Au total, sur l'ensemble de 2015, la population active croîtrait de 107.000 personnes après 180.000 en 2014.


Jean-Christophe Chanut







Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir