Chômage : l’Unédic table sur un recul limité dès cet été

DOCUMENT - Selon les nouvelles prévisions de l’Unédic, le chômage baissera au second semestre 2015 et en 2016. Mais la baisse sera limitée et en trompe l'oeil, avec un bond des personnes en activités réduites.

L’inversion de la courbe du chômage, c’est maintenant ! Ce n’est pas François Hollande qui le dit, mais l’Unédic. Dans leurs nouvelles prévisions financières, les gestionnaires de l’assurance-chômage tablent sur « une baisse des inscriptions en catégorie A » (les chômeurs ne travaillant pas du tout) « à partir du milieu de l’année 2015 ». L’amélioration des perspectives de croissance, mariée aux effets du crédit d’impôt compétitivité (Cice) et du pacte de responsabilité - sans oublier la récente rallonge de 100.000 contrats aidés - permettraient ainsi de relancer les créations d’emploi affiliés au régime (+61.000 anticipés sur 2015 après -61.000 l’an passé) et par extension les embauches.

Excès d’optimisme ?

Alors que le nombre de chômeurs a progressé de 35.000 de janvier à avril , la baisse à venir serait toutefois trop faible pour boucler l’année dans le vert : l’Unédic table sur 12.000 chômeurs de plus au final en 2015. Sur fond d’accélération de la croissance, le redressement se poursuivrait en 2016, avec -68.000 chômeurs sur l’année, l’accélération des créations d’emplois dans le secteur marchand venant plus que compenser alors le ralentissement des contrats aidés dans le secteur non marchand. C’est une nette amélioration par rapport à janvier : l’Unédic anticipait alors 104.000 chômeurs de plus en 2015. Depuis la prévision de croissance de +0,8% a été réhaussée par le consensus des économistes, sur lequel s’appuie l’organisme, à +1,1 %.

Alors que les Français, échaudés par les promesses passées, ne croient plus à une baisse prochaine du chômage, l’Unédic fait-elle preuve d'un excès d’optimisme ? Si les économistes de COE-Rexecode et ceux de l’OFCE partagent globalement les grandes lignes de l’analyse de l’Unédic, ils tablent plutôt sur une inversion qui s’enclencherait entre la rentrée et Noël, pour un total, selon COE-Rexecode, de 56.000 chômeurs de plus sur l’année.

Envolée des emplois précaires

Mais même si le scénario de l’Unédic venait à se confirmer, il serait encore bien présomptueux de crier victoire. Car, « plus qu’une vraie baisse du chômage, c’est avant tout une transformation de ce dernier et du marché du travail qui se prépare », prévient Eric Heyer, avec une envolée des emplois précaires. L’Unédic prévoit ainsi, en parallèle du recul des chômeurs de catégorie A, un bond de 41.000 chômeurs de catégories B et C (travaillant en partie dans le mois) d’ici la fin de l’année (en plus des 93.000 déjà comptabilisés de janvier à avril) et de 38.000 l’an prochain. Cette bascule d’une catégorie de chômeurs à l’autre devrait en outre être alimenté par les droits rechargeables mis en place l’hiver dernier. Reste, au final, un constat : toutes catégories confondues, le chômage continuerait de battre des records.

C’est pourquoi l’impact financier sur le régime resterait mauvais, avec une prévision de déficit 2015 qui atteint désormais 4,6 milliards d’euros, en légère hausse par rapport à la prévision de janvier. En 2016, le déficit atteindrait encore 3,5 milliards d’euros, portant alors la dette cumulée du régime, qui est déjà un niveau record, à 29,4 milliards d’euros. Tandis que Bruxelles met la pression à la France pour réduire ce déficit, cela promet des discussions très animées lors de la prochaine renégociation de la convention Unédic, qui doit démarrer fin 2015 ou début 2016.


DEREK PERROTTE


POUR EN SAVOIR PLUS :

DOCUMENT Les prévisions de l'Unédic



A LIRE AUSSI :

>> Le chômage devrait baisser à partir de cet été, selon l'Unedic | Le Parisien | 16/06/2015

>> L'Unédic anticipe une baisse du chômage à partir de cet été | Le Monde | 16/06/2015

>> L'Unedic légèrement plus optimiste pour l'emploi d'ici à la fin de l'année | Le Figaro | 16/06/2015




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir