Spécial « 5 jours pour entreprendre ». L’assurance chômage finance-t-elle les entreprises ?

Immersion pendant une semaine parmi les inscrits du stage « 5 jours pour entreprendre » de la CCI. Destinée aux futurs chefs d’entreprises, cette formation intense tient-elle toutes ses promesses ? Compte-rendu.

La comptabilité est à l’honneur pour ce troisième jour ! Les stagiaires présents à la formation « 5 jours pour entreprendre » profitent des conseils de l’expert-comptable pour tout connaître sur les aides mises à dispositions par Pôle Emploi. Mais la véritable question qui se pose aujourd’hui : sont-ils légitimes pour en profiter ? Le débat est ouvert.
« Ne traînez pas pour vous inscrire !». C’est le conseil de l’expert-comptable Vanessa Bakkalian durant toute la session concernant l’affiliation à Pôle Emploi. « Les premières années risquent d’être difficiles pour vous, il ne faut donc pas hésiter à demander cette aide à laquelle vous avez droit. Cela aidera à constituer votre trésorerie ».

Un constat largement partagé par les intervenants tout au long du stage. La juriste explique, quant à elle, qu’ « un créateur d'entreprise prend des risques et la réussite n'est pas garantie. Il est donc nécessaire de bien préparer son projet et se constituer une trésorerie. Si le créateur occupe un poste salarié dans une entreprise, il est préférable pour ce dernier de quitter son emploi seulement lors du lancement réel de l'activité de sa société. »
Du côté des stagiaires, les réactions ne se font pas attendre. Pour le créateur de la marque « French and Arrogant », Jean-Frédéric Gonzalez, actuellement en Contrat de sécurisation professionnelle, les allocations de Pôle Emploi sont vitales : « On profite du système pour de bonnes raisons. Admettons que demain je ne touche plus mes indemnités Pôle Emploi et que j’arrive à vendre trente T-Shirt : ça me fait 300 euros. Je fais quoi avec 300 euros ? » Une question qui paraît juste, mais pour les autres, le flou perdure.

Des aides, oui, mais lesquelles ?

Avant tout, il faut savoir que les aides publiques mises en place par Pôle Emploi seraient moins utilisées en Ile-de-France qu’en région (étude publiée en 2010 par la DARES). En 2007, le rapport entre le nombre de bénéficiaires de l’ACCRE – aide à la reprise ou la création d’entreprise – et le nombre de créateurs d’entreprise inscrits à Pôle Emploi était de 36 % alors que la moyenne nationale s’élevait à 56%. En cause, notamment, un profil du créateur francilien qui connait des spécificités ou encore des attentes précises liées aux particularités du contexte socio-économique.
Mais passons aux choses sérieuses. En quoi consistent ces aides destinées aux demandeurs d’emplois en reconversion ? D’abord, il y a l’ARCE - aide à la reprise ou à la création d’entreprise- grâce à laquelle les futurs entrepreneurs peuvent bénéficier de leurs allocations chômage en deux temps. Dans un premier temps, 45% du montant des allocations sont versées à l’entrepreneur au commencement de son activité. Ensuite, six mois après, Pôle Emploi lui verse le reste. L’expert-comptable, Vanessa Bakkalian, ne recommande cette technique qu’en cas de besoin de capital lors de la création de l’entreprise.

L’autre solution proposée est donc l’ACCRE et s’avère plus rassurante pour le futur entrepreneur. Pendant un an, soit à la date d’affiliation au régime des travailleurs non-salariés soit au début de son activité, l’entreprise est exonérée de charges sociales jusqu’à 120% du SMIC. S’ajoute à cela le maintien des allocations durant 15 mois, dans la limite de la durée des droits de l’entrepreneur. Dans un cas comme dans l’autre, les futurs chefs d’entreprise font la demande auprès de Pôle Emploi au moment de leur immatriculation auprès du registre du commerce et des sociétés. Si imprévu, un délai de 45 jours est accordé.

ENTREPRENEURS | Camille Boulate | CRÉATION D'ENTREPRISE


A LIRE AUSSI : 

>> Découvrez le portrait Jean-Frédéric Gonzalez, inscrit au stage cette semaine, dans notre rubrique Portrait d'entrepreneur.




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir