L'emploi dans les métiers qualifiés a fortement progressé en 30 ans

Informaticiens, ingénieurs, cadres... En 30 ans, l'emploi a considérablement progressé dans les métiers les plus qualifiés. La réciproque est vraie.

Informaticiens, ingénieurs, cadres... En 30 ans, l'emploi a "fortement progressé" dans les métiers les plus qualifiés, au détriment des moins qualifiés, à l'exception des services à la personne, selon une étude de la Dares publiée mercredi 8 avril.

Entre 1982 et 2012, la part dans l'emploi des métiers les plus qualifiés a bondi de 25,2% à 36,0%, selon le service des statistiques du ministère du Travail.

Les effectifs des ingénieurs de l'informatique, par exemple, sont passés de 49.000 à 350.000 personnes, passant 0,2% à 1,4% de l'emploi total. Même constat chez les cadres des services administratifs, comptables et financiers (+414.000 emplois, de 1,0% à 2,5%), de l'industrie (+148.000, de 0,5% à 1,0%) et des banques et assurances (+135.000, de 0,7% à 1,1%).

Seuls les enseignants et les chefs d'entreprises ont conservé une part quasi-stables dans l'emploi.

Mouvement inverse dans les métiers moins qualifiés

Dans le même temps, les métiers les moins qualifiés "ont vu leurs effectifs décliner fortement", de 24,2% à 20,6% de l'emploi total.

Illustration: les effectifs d'ouvriers non qualifiés du textile et du cuir se sont effondrés de 277.000 à 20.000 travailleurs en 30 ans, "en lien avec l'automatisation accrue des tâches et la restructuration du secteur sous l'effet de la concurrence des pays à bas salaire".

Mais parmi les métiers les moins qualifiés, les services à la personne font figure d'exception. Les effectifs d'aides à domicile, d'aides ménagères et d'assistantes maternelles ont grimpé de 333.000 à 992.000 personnes (de 1,5% à 3,9%).

"Ces métiers figurent parmi ceux qui ont connu la plus forte expansion au cours des 30 dernières années", note l'étude, qui lie cette tendance au vieillissement de la population et à l'augmentation du taux d'activité des femmes.

Les politiques publiques - crédits d'impôts, chèque emploi service ou exonérations sur les bas salaires - ont également contribué au développement de ces métiers.

avec AFP



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir