Mieux utiliser Internet pour trouver du boulot

Une étude du Conseil d'orientation pour l'emploi propose plusieurs mesures pour qu'Internet soit un vrai outil de recrutement pour les demandeurs d'emploi et les salariés en activité.

Internet a complètement bouleversé le marché des offres d'emploi en France, et plus généralement, les processus de recherche d'un job par les candidats et de recrutement par les entreprises. Les acteurs de l'emploi en ligne se sont en effet multiplies: job boards qui rassemblent les offres d'emploi disponibles; agrégateurs d'offres d'emploi; réseaux sociaux professionnels (type LinkedIn ou Viadeo), ou non professionnels (type Facebook ou Twitter), qui tous, donnent accès aux profils de personnes en poste ou en recherche de jobs; platesformes de travail à la demande. Résultat: 80% des chercheurs d'emploi ont eu recours à Internet en 2014 dans leurs démarches, selon le Credoc. Un taux en hausse de 7 points par rapport à 2013.

Cette multitplication des acteurs de l'emploi sur Internet, qui viennent se surajouter à des acteurs traditionnels de l'emploi que sont les services de recrutements des entreprises, Pôle emploi ou l'Apec, permet-elle de fuidifier les informations sur les offres de postes et par voie de conséquence améliorent-elle le fonctionnement du marché du travail? En un mot, grâce à internet, les Français trouvent-ils plus facilement du boulot?

Une question essentuelle à l'heure où plus de 3,5 millions d'entre eux n'ont aucune activité professionnelle (ce sont les chômeurs dits de catégorie A de Pôle emploi). Dans une étude publiée ce lundi, le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) fait un état des lieux mitigé et formule plusieurs recommandations pour améliorer la situation.

Nouvelles contraintes

Car si Internet a bel et bien démultiplié la diffusion des informations sur les métiers à pouvoir dans les entreprises ou sur les offres d'emploi collectées par Pôle emploi (son site revendique plus de 5,2 millions de visites uniques en décembre dernier), les demandeurs d'emploi et les candidats à une mobilité professionnelle sont soumis à de nouvelles contraintes en termes de rapidité et de quantité de traitements de ces informations. Le COE souligne également que le dynamisme du marché du travail qui résulte de ce fourmillement de données sur l'emploi peut nuire aux demandeurs d'emploi, dont le retour à l'emploi peut être contrarié par la concurrence plus forte de candidats en poste.

De leur côté les recruteurs pointent du doigt et se plaignent «de l'augmentation du nombre de candidatures non pertinentes», qui leur sont adressées, à cause d'Internet qui facilite l'acte de candidature. Enfin le COE relève que le marché du travail n'est pas complètement transparent dans la mesure où les TPE, par exemple, n'ont pas une pratique aussi développée d'Internet que les grands groupes, ce qui laisse dans l'ombre des pans entiers du marché de l'emploi et donc des offres de postes.

Plus globalement, les experts du COE estiment qu'Internet «induit déjà ou induira à moyen terme une concurrence renforcée sur le marché du travail, y compris dans la fixation des salaires, une plus grande mobilité internationale et interrégionale, grâce à une meilleure diffusion de l'information sur les secteurs». Avec à la clé, mais à terme également, «la réduction du nombre d'emplois vacants».

Améliorer la qualité des offres

Parmi les nombreuses propositions présentées pour optimiser le rôle d'Internet dans les politiques de retour à l'emploi ou dans l'accès au marché du travail pour les plus jeunes, le COE préconise notamment que les acteurs publics et privés de l'emploi travaillent en plus étroite collaboration «afin de mieux exploiter la mine d'informations sur le marché du travail présente sur internet». Autre idée mise en avant, améliorer la qualité des offres d'emploi: il s'agit par exemple d'indiquer à quel horizon le poste est à pourvoir, s'il s'agit d'un poste conditionnel et quelles sont les méthodes de recrutement utilisées. Le COE formule en outre plusieurs idées pour lutter contre les postes non pourvus grâce à une meilleure utilisation d'internet (via la multidiffusion des offres de Pôle emploi à toutes les régions).

Les membres du COE recommandent enfin qu'une évaluation du role d'Internet sur le marché de l'emploi soit réalisée de façon régulière, afin de mesurer plus finement son impact. «Il serait ainsi utile de réaliser des études régulières sur la manière dont les entreprises recrutent effectivement, ou sur celle dont les candidats cherchent réellement un emploi», souligne le rapport.


Christine Lagoutte



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir