Chômage de longue durée : le plan éculé de François Rebsamen

Parmi les «nouvelles solutions face au chômage de longue durée», le ministre du Travail demande à Pôle emploi de raccourcir les délais de prise en charge des chômeurs de plus de 55 ans, les personnes sans diplômes, ou les parents isolés.

Nouvel assaisonnement, saveur Rebsamen! Alors que le chômage de longue durée continue de grimper, avec 2,25 millions d'inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an, et que la durée d'inactivité de ces derniers ne cesse de s'allonger (539 jours fin 2014, soit 16 % de plus en deux ans), il était urgent d'agir. «Un combat prioritaire en soi. Un devoir pour préserver la cohésion sociale», a indiqué François Rebsamen, qui présentait lundi vingt propositions pour venir à bout de ce fléau.

Dans ses «nouvelles solutions face au chômage de longue durée», le ministre du Travail demande une fois encore à Pôle emploi de raccourcir les délais de prise en charge des chômeurs qui risquent de basculer dans le chômage de longue durée (plus de 55 ans, sans diplômes, parents isolés). Pour eux, Pôle emploi doublera les places en accompagnement intensif pour les porter à 460 .000 personnes d'ici 2017. Un budget de 220 millions sera mobilisé par les partenaires sociaux, dans le cadre du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), pour assurer «un droit réel à une formation qualifiante gratuite pour les demandeurs d'emploi, mobilisable grâce au compte personnel de formation». Le plan Rebsamen prévoit aussi au passage de caser des demandeurs d'emploi dans les places vides dont dispose l'Association de formation pour les adultes (Afpa), dans un nouveau projet baptisé «zéro place de formation inoccupée»!

Deux nouveaux contrats

Dans la besace du ministre, il y a aussi deux nouveaux contrats de professionnalisation. Le «nouvelle carrière», qui, d'ici quelques semaines, alternera pratique professionnelle sur un nouveau poste et brève période de formation pour les plus expérimentés. Le deuxième, «nouvelle chance», durera 24 mois ou plus et sera adapté aux publics très éloignés de l'emploi qui nécessitent un nouveau socle de compétences.

Enfin, pour faciliter le déploiement de ces dispositifs, «parce qu'on ne peut pas s'attaquer à l'un des obstacles au retour à l'emploi sans s'attaquer à chacun d'eux», défend le ministre, le gouvernement promet des solutions de garde d'enfants (objectif 275.000 nouvelles places pour les 0-3 ans), l'extension du dispositif de garantie des loyers, ainsi qu'un accompagnement des chômeurs longue durée dans leurs premiers mois chez leur nouvel employeur. Un dispositif déjà prévu depuis mars 2014. Du neuf, donc, mais avec des recettes d'hier. Et sans chiffrage global.


Domitille Arrivet 1



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir