Comment désendetter l'assurance-chômage ?

À la demande du gouvernement, les partenaires sociaux entament quatre mois de négociation pour réformer l’assurance chômage et trouver 1 à 1,3 milliard d’euros d’économies par an.

[Les huit organisations syndicales (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC et CFTC) et patronales (Medef, CPME et U2P) vont ouvrir une négociation sur l’assurance chômage, à la demande du gouvernement. Celui-ci veut qu’elles modifient les règles de l’indemnisation pour réduire les dépenses de 1 à 1,3 milliard d’euros par an pendant trois ans. Objectif : accélérer le désendettement de l’Unédic. La dette diminuera à partir de 2019, mais pas assez vite pour le gouvernement. Les partenaires sociaux devront s’attaquer aux règles de cumul emploi-chômage.

Lire la suite : Comment désendetter l'assurance-chômage ?

Formation des chômeurs : un trou d'air qui pose question

Le nombre de chômeurs en formation a beaucoup baissé au premier semestre. Notamment parce que des sans-emploi privilégient la reprise d'un travail, même précaire.

Avec le soutien de l'Etat, les régions investissent plusieurs milliards chaque année pour former les chômeurs. Las, les intéressés ne se bousculent pas au portillon, si l'on en juge par les tableaux de bord des politiques de l'emploi du ministère du Travail. En janvier, les entrées en stage ont baissé de 32 % par rapport au même mois de 2017. De 24,4 % en février. Ou encore de près de 30 % en mai, en attendant de connaître l'évolution de juin qui sera publiée sous peu. D'autres statistiques du ministère font état de baisses importantes, mais sur des périmètres et avec une méthodologie différente.

Lire la suite : Formation des chômeurs : un trou d'air qui pose question

Pôle Emploi : Des demandeurs d'emploi font passer des entretiens d'embauche aux patrons

Dans trois agences Pôle emploi du département du Lot, ce sont les chômeurs qui ont posé des questions aux employeurs. Les entretiens d'embauche ont convaincu les deux parties.

Inversion des rôles ! Cette semaine, Pôle emploi a expérimenté des entretiens d’embauche pour le moins originaux, dans trois agences du Lot, à Cahors, Figeac et Souillac, rapporte La Dépêche. Et pour cause : ce sont les demandeurs d’emploi qui ont endossé le rôle du patron pour faire passer les entretiens. Une première ! Ainsi, les candidats ont mené les discussions pendant une vingtaine de minutes en posant des questions sur l’entreprise aux patrons. Sans omettre bien évidemment de leur présenter leurs compétences, leurs parcours et leurs projets.

“Cette journée m'a intriguée, témoigne une demandeuse d’emploi. On se retrouve à la place de l'employeur dans une position inhabituelle, ça va faire bouger les frontières. Pour les jeunes, je pense que c'est bien, ils vont pouvoir faire tomber tous les tabous”, ajoute-elle. Même son de cloche du côté d’une autre candidate : “J’étais un peu stressée, mais une fois que l'on a posé la première question, ça coule tout seul. J'ai eu trois entretiens, deux se sont très bien passés”.

Lire la suite : Pôle Emploi : Des demandeurs d'emploi font passer des entretiens d'embauche aux patrons

«Pourquoi il faut réinventer l’assurance chômage».

La tribune de Vincent Champain (Observatoire du long terme)

« L’assurance universelle doit être financée par une cotisation salariale pour la part qui dépasse le revenu de solidarité, car les versements sont proportionnels aux salaires »

Les négociations engagées sur l’assurance chômage abordent des questions importantes, mais ne permettront pas de dégager une réelle vision d’avenir sur l’assurance contre la perte de revenu.

Premièrement, l’assurance chômage ne couvre que les ayant droits du privé. Sur environ 4 millions de demandeurs d’emploi, la moitié n’est pas couverte par l’assurance chômage. Environ 1,7 million d’artisans ou chefs d’entreprise doivent souscrire une assurance privée s’ils veulent être couverts. Certes, les indépendants ont des spécificités qui nécessitent un type d’assurance différent, mais ils ne sont pas moins soumis à des risques importants : les 10 % d’indépendants aux revenus les plus bas gagnent moins de 280 euros par mois dans le commerce.

Lire la suite : «Pourquoi il faut réinventer l’assurance chômage».

Impôt sur le revenu : vers la suppression d’une mini-niche pour les chômeurs ?

Les demandeurs d’emploi de plus d’un an bénéficient d’un montant minimum de déduction forfaitaire au titre des frais professionnels, dans le cadre de l’impôt sur le revenu. Quatre députés de la majorité proposent la suppression de cette niche fiscale.

Les députés de la majorité partent à la chasse aux niches fiscales. Dans le cadre du projet de loi de Finances, les élus LREM ont déposé plusieurs amendements, visant à supprimer certaines dépenses fiscales jugées peu utiles. Parmi celles-ci, figure un régime dérogatoire, permettant d’alléger légèrement l’impôt sur le revenu de certains demandeurs d’emploi.

Pour rappel, dans le cadre de l’impôt sur le revenu, les personnes actives bénéficient d’un abattement forfaitaire de 10% au titre des frais professionnels, ce qui permet de diminuer leur revenu imposable. Dans le cas général, cette déduction ne peut pas être inférieure à 430 euros (pour 2018). Pour les personnes pointant à Pôle emploi depuis plus d’un an ce montant minimum est quasi doublé, à 947 euros. C’est cette faveur accordée aux chômeurs de longue durée qui est dans la mire des élus.

Lire la suite : Impôt sur le revenu : vers la suppression d’une mini-niche pour les chômeurs ?

Assurance-chômage: à quoi bon une négociation ?

Les partenaires sociaux ont dit OK à la proposition d’Emmanuel Macron d’ouvrir une négociation sur l’assurance-chômage.

Mais tous entrent dans la discussion en mettant de telles lignes rouges que l’on se demande comment un compromis peut être trouvé...


Lire la suite : Assurance-chômage: à quoi bon une négociation ?