Emploi : pourquoi le chômage augmente alors que les embauches sont en hausse

Le taux de chômage en France reste à un niveau élevé : 9,1%, selon les chiffres du troisième trimestre 2018 publiés mardi 20 novembre.

e taux de chômage français a été publié mardi 20 novembre. Il n’a pas baissé du tout et reste à un niveau élevé, 9,1 %. Et pourtant, le nombre d'embauches en France n’a jamais été aussi bon. Durant le même trimestre, le troisième de l’année 2018, on a eu à la fois un record d’embauches, plus de 2 millions, un nombre jamais atteint, et un chômage désespérément stable par rapport au trimestre d’avant.

Il s’agit de la vraie mesure du chômage, celle qui est effectuée par l’INSEE, à partir d’une enquête approfondie. Elle dénombre 2,6 millions de chômeurs en France hors Mayotte, c’est-à-dire des personnes de plus de quinze ans sans activité aucune et en recherche active d’emploi. Pôle emploi arrive à un chiffre beaucoup plus important, parce que l’organisme compte aussi les chômeurs qui travaillent à temps partiel et restent inscrits sur les listes. Le paradoxe est difficile à expliquer, mais il y a une hypothèse vraisemblable, qui est malheureusement assez regrettable.

Lire la suite : Emploi : pourquoi le chômage augmente alors que les embauches sont en hausse

Le chômage stable au 3e trimestre

Les chiffres du troisième trimestre viennent d'être dévoilés. Le taux de chômage reste stable à 9,1 %, annonce l'Insee.

Après un deuxième trimestre en légère hausse (+ 0,2), les chiffres se stabilisent avec un taux de chômage de 9,1 % au troisième trimestre en France (hors Mayotte). Sur un an, la baisse est de 0,5 point. Le nombre de chômeurs augmente de 22 000 pour un total de 2,6 millions de personnes en France métropolitaine. Le chiffre du 2e trimestre a été révisé de 0,1 point, passant de 8,7 à 8,8 %.

Dans sa note de conjoncture publiée en octobre, l'Insee tablait sur un recul du taux de chômage aux 3e et 4e trimestres pour arriver à 8,9 % d'ici à la fin de l'année. Le taux de chômage des jeunes reste toujours enkysté au-dessus des 20 %, à 21,3 % pour la France entière et à 20,6 % pour la France métropolitaine. À noter que le taux de chômage des hommes de 15-24 ans est en hausse de 1 point. Le taux de chômage des 50 ans et plus est de 6,4 % (France entière) et s'inscrit en baisse de 0,1 point, tandis qu'il est quasi stable pour les 25-49 ans.

Lire la suite : Le chômage stable au 3e trimestre

La bataille contre le chômage est loin d'être gagnée !

LE CERCLE/POINT DE VUE - Le taux de chômage campe désespérément autour de 9 % de la population active. Les réformes sur la formation initiale et continue, trop timides, ne devraient rien y changer.

Il y a peu d'exemples récents où autant d'actions visant à faire baisser le chômage auront été entreprises ou initiées en si peu de temps dans notre pays. Sur le papier, la liste des réformes est impressionnante : allégements de charges sur les bas salaires, droit du travail, contrats aidés, apprentissage et formation professionnelle, contrôle des chômeurs, projets sur l'assurance-chômage...

Et pourtant, le taux de chômage campe désespérément autour de 9 % de la population active, soit sa moyenne depuis trente ans. Quant au taux d'emploi (proportion de personnes en âge de travailler occupant un emploi), il reste 10 points en dessous de celui de l'Allemagne, ce qui, au passage, explique en partie la crise du pouvoir d'achat.

Lire la suite : La bataille contre le chômage est loin d'être gagnée !

Chômage : l’année 2019 sera décisive

Le nombre de chômeurs remonte en France depuis le printemps. Trou d’air momentané ou signe que le gouvernement se heurte à des difficultés structurelles pour réduire un fléau sévissant depuis plus de 40 ans ? A ce titre, l’année 2019 sera décisive pour savoir si la politique volontariste du gouvernement pour favoriser le climat des affaires et privilégier le pouvoir d’achat des salariés portera ses fruits.

Devenue trimestrielle, la publication des chiffres du chômage n’a pas apporté d’éclaircie dans la grisaille que connait le gouvernement depuis la rentrée. En effet, le nombre de demandeurs d’emploi de la catégorie A, c’est-à-dire les personnes n’exerçant aucune activité, même à temps partiel ou en formation, s’est élevé à 3 456 800 personnes au 3e trimestre.

C’est une progression de 0,5 % par rapport au précédent trimestre qui avait déjà lui-même progressé de 0,2 %. Cependant, sur un an, le nombre de chômeurs continue sa décrue, avec un repli de 1,2 % sur un an. Mais clairement la dynamique baissière a marqué le pas.

Lire la suite : Chômage : l’année 2019 sera décisive

Les enseignements des derniers chiffres du chômage

La dernière publication des chiffres du chômage au troisième trimestre 2018, version Pôle emploi par opposition à la version BIT, agite les esprits et provoque des commentaires dans l’ensemble désabusés sur notre impuissance persistante à en faire baisser le taux. Il semble effectivement que nous nous trouvions sur un plateau un peu, mais très insuffisamment, déclinant. L’examen des chiffres donne-t-il des indications sur les origines du mal ?

Quels chiffres ?


Le graphique le plus parlant est celui publié par Pôle emploi :

Lire la suite : Les enseignements des derniers chiffres du chômage

Chômeurs visibles et invisibles

Chômeurs visibles et invisibles : la barre des 12 millions bientôt atteinte !

Les chiffres des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi pour le troisième trimestre 2018 font apparaître une nouvelle augmentation globale du chômage par rapport au trimestre précédent.

Dans le même temps Emmanuel Macron, son Premier ministre Edouard Philippe et ses différents ministres continuent d’évoquer un changement de politique économique depuis 2017 qui devrait à terme porter ses fruits…

Depuis le mois de janvier 2018, la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), publie tous les trois mois le nombre de demandeurs d’emploi. Ainsi on constate pour le troisième trimestre 2018 :

Lire la suite : Chômeurs visibles et invisibles