Coronavirus : les salariés de Pôle emploi dénoncent leurs conditions de travail

Plusieurs syndicats estiment que trop d’agents de l’opérateur public sont exposés à un risque d’infection au Covid-19. FO a déposé un préavis de grève.

Vent de fronde à Pôle emploi. Plusieurs syndicats implantés au sein de l’opérateur public tirent le signal d’alarme, estimant que des membres du personnel continuent d’être soumis à un risque d’infection due au coronavirus, malgré la fermeture au public des agences. Force ouvrière (FO) a même déposé un préavis de grève à compter du lundi 30 mars, pour exiger que les agents, encore appelés à se rendre sur leur lieu de travail, cessent de le faire. Le chef du gouvernement, Edouard Philippe, et la ministre du travail, Muriel Pénicaud, ont été interpellés sur la situation.

A mesure que l’épidémie de Covid-19 prenait de l’ampleur, Pôle emploi a dû totalement revoir sa relation avec les chômeurs. Les changements sont intervenus en plusieurs étapes, l’objectif étant de garantir la « continuité » du service tout en se conformant à des consignes sanitaires de plus en plus strictes. Ainsi, le 15 mars, le ministère du travail annonçait de nouvelles « modalités de fonctionnement » : les « usagers » étaient invités à privilégier les coups de téléphone « ou les contacts par mail », « l’accueil physique en agence » restant possible sur la base de rendez-vous pour traiter les cas « d’urgence ».

Lire la suite : Coronavirus : les salariés de Pôle emploi dénoncent leurs conditions de travail

Coronavirus : comment Pôle Emploi gère les chômeurs pendant le confinement ?

2 millions 200 mille salariés ont été mis au chômage partiel à cause du ralentissement de l'économie et du confinement. Ils s'ajoutent aux plus de 5 millions de demandeurs d'emploi. Dans ce contexte, comment s'organise Pôle Emploi ?

C'est une équation difficile que doivent résoudre les services publics de Pôle Emploi face à l'augmentation soudaine du nombre de demandeurs d'emploi, conséquence de l'épidémie de Covid 19 et du confinement imposé par le gouvernement, et face au confinement d'un certain nombre de leurs agents.

2 millions 200 mille salariés en chômage partiel, dû à la fermeture des commerce et au ralentissement de l'activité économie s'ajoutent aux plus de 5 millions de demandeurs d'emploi existant avant l'épidémie de Coronavirus.

Lire la suite : Coronavirus : comment Pôle Emploi gère les chômeurs pendant le confinement ?

Michel Swieton, directeur régional de Pôle emploi



Lire la suite : Michel Swieton, directeur régional de Pôle emploi

Coronavirus : face à l'afflux de demandes, Pôle emploi fait appel à des prestataires

Après la fermeture des agences de Pôle emploi, liée à la pandémie de coronavirus, les appels au 3949, la plateforme téléphonique de l’opérateur, risquent de se multiplier pour s'inscrire ou s'actualiser. Pour y faire face, Pôle emploi recourt à des call centers externes.

Avec la fermeture des agences, en pleine pandémie de coronavirus, de nombreux demandeurs d’emploi risquent d’embouteiller le numéro d’appel de Pôle emploi, le 3949. Et notamment à partir de ce week-end pour actualiser leur situation. Pour répondre aux questions et aider les moins à l’aise avec les outils numériques, Pôle emploi a missionné des prestataires extérieurs. L’un d’eux, Tessi, basé à Lyon, a récemment publié des offres en interne pour répondre à ces prestations de call center exceptionnelles et éviter ainsi à certains de ses personnels d’être en chômage partiel, l’entreprise de services étant elle-même affectée par une baisse de ses activités.

"C'est une délégation d’une mission de Pôle emploi, la poursuite d’une privatisation rampante de l’opérateur au travers du recours à la sous-traitance, déplore Pierre Garnodier, secrétaire général du Comité national des travailleurs privés d'emploi et précaires (CNTPEP) de la CGT. Il faut arrêter de faire du chômage un business."

Lire la suite : Coronavirus : face à l'afflux de demandes, Pôle emploi fait appel à des prestataires

Face au coronavirus, Pôle Emploi se confine

Les agences Pôle Emploi ont définitivement fermé leurs portes, face à l’épidémie de coronavirus. Les demandeurs d’emploi ne seront pas contrôlés pendant la période de financement et les allocations seront maintenues pour ceux qui devaient terminer leurs droits en mars.

Elles étaient encore quelques-unes, de rares agences Pôle Emploi à accepter des rencontres avec un conseiller dans leurs locaux pour ceux qui rencontrent des difficultés avec les outils numériques. Mais même ces rendez-vous d’urgence sont arrêtés depuis lundi 23 mars, face à l’ampleur de la pandémie de coronavirus. En réalité, « on s’est aperçu que beaucoup de ces besoins urgents auraient pu être traités par téléphone », reconnaît-on à Pôle emploi.

Pas de contrôle et pas de radiation

Les demandeurs d’emploi peuvent appeler le 3949 ou joindre directement leur conseiller par mail, via leur espace personnel sur le site de Pôle Emploi. Aucun rendez-vous, entretien, atelier ou formation n’aura lieu en agence. Les conseillers ou les formateurs pourront toutefois proposer des solutions par téléphone dans certains cas. Vendredi 20 mars, pas moins de 18 000 agents s’affairaient en télétravail. Par ailleurs, une partie du personnel continuera à relever les courriers envoyés dans les agences.

Lire la suite : Face au coronavirus, Pôle Emploi se confine

Les agences Pôle emploi n'accueillent plus de public

Les agences Pôle emploi ne reçoivent désormais plus de public et les demandeurs d'emploi doivent prendre contact avec leur conseiller par téléphone ou internet, a-t-on appris lundi auprès de l'opérateur.

La semaine dernière, Pôle emploi avait indiqué, qu'en dépit des consignes de confinement, un accueil restait possible sur rendez-vous pour des "urgences", notamment pour des demandeurs d'emploi qui ne pouvaient utiliser internet.

Mais tous les syndicats de l'opérateur avaient protesté, demandant la fermeture des accueils pour lutter contre la propagation du virus et protéger les agents.

En outre, "on s'est aperçu que beaucoup de ces besoins urgents auraient pu être traités par téléphone", par le 3949, souligne-t-on à Pôle emploi.

Au minimum 18.000 conseillers faisaient ainsi du télétravail vendredi, soit trois fois plus qu'habituellement, afin de permettre à l'opérateur d'assurer ses missions essentielles, notamment en matière d'indemnisation.

Lire la suite : Les agences Pôle emploi n'accueillent plus de public