Pôle Emploi : le directeur dénonce les "amalgames" et "idées reçues"

Le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères, se dit "marqué" par les "idées reçues", "amalgames" et "violences" exprimés récemment à l'égard de ses agents et des demandeurs d'emplois, dans une tribune parue mercredi sur le site du Huffington post. "Twitter et les réseaux sociaux en général sont devenus des sources d'informations incontournables à propos de l'emploi et des enjeux qui s'y rapportent", écrit-il.

"Pour autant, j'ai été particulièrement marqué par le nombre d'idées reçues et d'amalgames qui y ont été exprimés dernièrement, ainsi que par la violence de certains commentaires adressés aux agents de Pôle emploi ou aux demandeurs d'emploi eux-mêmes", poursuit-il, après des propos polémiques, notamment de la part de personnalités politiques. "Loin de moi l'idée de rejeter toute piste d'amélioration dans la gestion d'un chômage qui demeure massif", mais "tout comme celui visant les demandeurs d'emploi, trop rapidement assimilés à des +profiteurs du système+, le dénigrement systématique de nos agents ne rend pas justice à leur travail", relève M. Bassères.

Lire la suite : Pôle Emploi : le directeur dénonce les "amalgames" et "idées reçues"

Les agences Cadres de Pôle emploi, c'est bientôt fini !

C’est officiel. Pôle emploi va fermer les espaces qu’elle dédiait jusqu’alors aux cadres. Ce que regrette Jean-Jacques Manceau, expert en finances personnelles et auteur du blog My Little Money.

C’était dans les tuyaux depuis plusieurs mois, mais c’est désormais officiel, Pôle emploi l’a confirmé à Capital. Dans moins de deux mois, les cadres devront s’adresser au guichet commun, comme tous les demandeurs d’emploi non cadres. L’établissement public va fermer ses 15 espaces cadre (dont 11 en Ile-de-France). Les conseillers en charge des chercheurs d’emploi cadres ont été prévenus, mais encore pas les chômeurs. Ils devraient recevoir dans les prochains jours une lettre pour les informer qu’ils n’auront plus accès à ces espaces dédiés, des cocons douillets, calmes et confortables dans lesquels ils suivaient leurs formations et tenaient leurs rendez-vous avec leur conseiller. Un niveau de confort qui n’est visiblement plus compatible avec le plan stratégique 2015-2020 de Pôle emploi qui prévoit une réorganisation complète pour parvenir à une “organisation simplifiée”.

Lire la suite : Les agences Cadres de Pôle emploi, c'est bientôt fini !

Pôle emploi : les agressions persistent

350 agents de Pôle emploi ont été agressés physiquement dans la région Île-de-France entre janvier et juin. L'agence de Sarcelles (Val-d'Oise) a même dû fermer la semaine dernière après des actes de vandalisme.


Pôle emploi : les agressions persistent

Elle veut rester anonyme. Cette conseillère emploi travaille à l'agence de Sarcelles (Val-d'Oise) dans un climat de peur permanent. "On a régulièrement des descentes de police pour maîtriser des demandeurs d'emploi qui se comportent trop violemment. Le mois dernier, il y a une collègue qui a été menacée de mort. Oui, on a peur, bien sûr. On a peur qu'ils passent à l'acte", confie-t-elle.

Lire la suite : Pôle emploi : les agressions persistent

Pôle emploi : quand les offres d'emploi sont des arnaques

Un homme a perdu 1 370 euros en répondant à une petite annonce, raconte "L'Obs". Le problème est endémique pour l'établissement public.

Sur le site de Pôle emploi, l'offre était plutôt alléchante : « Recherche collecteur de fonds privés. » En août dernier, Jean est au chômage depuis quatre mois, raconte L'Obs , et le salaire annoncé de 1 500 euros net est tentant. Après un premier contact par téléphone, il passe outre ses réserves et décide de postuler. Le travail consiste à « récolter les chèques auprès de sept locataires, les déposer sur [son] compte, conserver 250 euros, puis reverser la somme restante » sur le compte de l'employeur.

Lire la suite : Pôle emploi : quand les offres d'emploi sont des arnaques

La vérité sur les faux chômeurs

C’est un fantasme qui va tomber ce matin, sur les faux chômeurs.

Et tant mieux. Une analyse poussée de Pôle Emploi, qui a mis en place un nouveau système de contrôle de la réalité de la recherche d’emploi, montre -chiffres à l’appui- que la très grande majorité des chômeurs sont actifs dans cette recherche d’emploi. 86% des personnes contrôlées respectent leurs obligations légales, 14% ont été radiées. Il n’y a donc pas de bataillons de profiteurs du système, d’autant plus qu’une partie des personnes radiées n’étaient pas indemnisées par l’assurance-chômage.

Comment le sait-on ? Il y a quelques années, le patron de Pôle Emploi, Jean Bassères a proposé à son conseil d’administration (où les syndicats sont présents) de mener des expérimentations dans quelques endroits. Discrètement, cela a été accepté : des analyses de dossiers ont été menées, des questionnaires envoyés, des contacts téléphoniques ont eu lieu, bref du contrôle. La généralisation a été décidé en 2015, 200 contrôleurs dont c’est le job ont vérifié la situation de 270.000 demandeurs d’emploi jusqu’en août dernier.

Lire la suite : La vérité sur les faux chômeurs

Pôle emploi : « On a été victimes de notre succès »

Une pagaille… Mais un carton ! Du côté de Pôle emploi, on préférait évidemment retenir la seconde interprétation. Avec un chiffre de 10 000 visiteurs annoncés entre 9 et 13 heures contre 4 000 l’an passé au même endroit et à la même époque, c’est peu dire que la progression est sensible.

Pourquoi les compteurs se sont-ils affolés ? Invitations à foison, communication affûtée, spots radio à gogo… Pôle emploi a bien fait le job, serait-on tenté d’écrire. Quelque 47 000 invitations ont été lancées pour un événement réunissant 150 stands. Pas de formation, de l’emploi à 100 %. Ceci explique aussi cela.

Mais, surtout, « on a élargi notre couverture géographique et avons invité des demandeurs d’emploi de Lillers, Béthune, Bapaume, confie Nicolas Catalano, conseiller entreprise au Pôle emploi Lens gare, qui organisait la manifestation. On a été victimes de notre succès. Il faut dire que nous avions des gros pourvoyeurs d’emploi, que ce soit dans le domaine de la logistique, du commerce, des transports et des services à la personne. »

Lire la suite : Pôle emploi : « On a été victimes de notre succès »