Accueil

Le chômage a baissé de 3,3 % en 2019 en France

Le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a de nouveau diminué, sur l’ensemble du territoire, pour atteindre 3,553 millions de personnes.


Sur le marché du travail, le millésime 2019 aura été l’un des meilleurs de la décennie écoulée. Le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a, en effet, reculé de près de 121 000 (soit – 3,3 %) pour atteindre 3,553 millions sur l’ensemble du territoire (outre-mer compris, sauf Mayotte), selon les données diffusées, lundi, par le ministère du travail. Une diminution nettement plus forte que celle qui avait été enregistrée en 2018 (– 1,4 %).

En métropole, le recul est un tout petit peu moins marqué, mais demeure significatif et plus soutenu qu’il y a deux ans (– 107 300 contre – 50 600). La performance retient d’autant plus l’attention que la croissance de l’économie devrait être plus faible en 2019 qu’en 2018 (+ 1,3 % contre + 1,7 %).

La tendance à la baisse touche toutes les tranches d’âge, mais ce sont les inscrits à Pôle emploi âgés entre 25 et 49 ans qui en profitent le plus : – 4 % pour ceux relevant de la catégorie A dans l’Hexagone. L’amélioration est un peu moins sensible pour les seniors (– 2,1 % en un an) et pour les jeunes (– 1,4 %).

Une précarité légèrement moindre

Autre donnée à relever : les personnes qui recherchent un poste tout en étant déjà en activité (catégories B et C) voient leurs effectifs se comprimer, ce qui n’était pas le cas en 2018 et les années précédentes. Une évolution qui peut être interprétée comme le signe d’une précarité légèrement moindre, dans le monde du travail.

Enfin, le nombre de personnes qui sont inscrites à Pôle emploi depuis au moins un an (dans les catégories A, B et C) diminue de 2,6 % en un an, sur toute la France, alors qu’il avait encore augmenté de 5,1 %, en 2018.

La courbe restera-t-elle orientée à la baisse cette année ? Oui, d’après la dernière note de conjoncture de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), diffusée à la mi-décembre 2019. Le taux de chômage, qui était de 8,6 % au troisième trimestre sur l’ensemble du territoire (outre-mer compris, sauf Mayotte), devrait poursuivre sa glissade sur une pente douce, pour atteindre « 8,2 % au printemps 2020 ».

Une performance modeste rendue possible par la bonne tenue du marché du travail, même si celui-ci s’avère bien moins dynamique qu’il y a an : les effectifs (tous secteurs confondus) progresseraient de 88 000 durant le premier semestre 2020, soit presque deux fois moins que pour la même période de 2019 (+ 170 000, selon l’Insee). Les entreprises de services (hors intérim) apporteraient, une fois de plus, « la principale contribution à la croissance de l’emploi (+ 68 000 au premier semestre 2020), tandis que l’intérim continuerait de se replier légèrement jusqu’à la mi-2020 et que l’emploi industriel augmenterait un peu ».


Bertrand Bissuel


A LIRE AUSSI :

>> Chômage : baisse de 1,7 % au 4e trimestre, une baisse de 3,1 % sur 2019 | RTL | 27/01/2019

>> Chômage : le nombre de demandeurs d'emploi a fortement baissé en 2019 | Le Figaro 27/01/2019

>> Le chômage baisse au dernier trimestre 2019 (-1,7%) et recule de 3,1% sur un an | franceinfo 27/01/2019