Accueil

Jean Bassères : "Pôle emploi investit beaucoup dans le numérique"

Le président de Pôle emploi parle chiffres du chômage et développement numérique dans :l'éco.

"Pôle emploi a beaucoup investi le numérique. Cela rend service aux demandeurs d'emplois. Ils gagnent du temps pour s'inscrire et joindre leur conseiller" affirme Jean Bassères, président de Pôle emploi.

"Lorsque le chômage a augmenté nous avons créé des postes : 4000 lors du dernier quiquennat. Il est légitime de se demander si, dans un contexte de baisse du chômage, on doit adapter les effectifs" répond notre invité à la question de l'AFP.

La formation des chômeurs de longue durée est "une priorité". "Il faut investir fortement sur la formation. Le gouvernement va investir 13 milliards, c'est une bonne nouvelle" ajoute-t-il.

Lire la suite : Jean Bassères : "Pôle emploi investit beaucoup dans le numérique"

Chômeurs - 2,75 millions pour l'Insee et 3,7 millions pour Pôle emploi: pourquoi cette différence?


Le taux de chômage a augmenté de 0,2% en France au premier trimestre pour s'établir à 2,75 millions de personnes sans emploi selon l'Insee. Mais pour Pôle emploi, il a baissé de 0,9% avec près de 3,7 millions de chômeurs sur la même période. Une différence liée au mode de calcul.

Les chiffres du chômage en France au premier trimestre sont connus mais divergent: 2,75 millions de chômeurs en moyenne selon l'Insee et près de 3,7 millions selon Pôle emploi. Une différence qui n'est pas nouvelle et est liée à la méthode de calcul.

L'Insee, organisme de statistiques, procède par sondage et surtout se base sur la définition du BIT (Bureau international du travail). Est considérée comme chômeur une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond simultanément à trois conditions:

Lire la suite : Chômeurs - 2,75 millions pour l'Insee et 3,7 millions pour Pôle emploi: pourquoi cette différence?

Chômage: l'État prend la main

Le projet de loi "avenir professionnel" vise à laisser le gouvernement imposer ses vues sur l'assurance chômage.


Si on se laissait aller à employer une métaphore routière pour décrire ce qui se profile en matière d'assurance chômage, on pourrait dire que l'État reprend les clés du camion, au détriment des partenaires sociaux. Le projet de loi "avenir professionnel" présenté au conseil des ministres, le 27 avril, rebat les cartes sur ce sujet sensible. 

Lire la suite : Chômage: l'État prend la main

Le chômage baisse donc Pôle emploi va... licencier


Quelque 4.000 postes d'agents pourraient disparaître d’ici à trois ans à Pôle emploi, rapporte le "JDD" dimanche. Ces coupes seraient justifiées par la baisse du chômage.


C'est un peu le serpent qui se mord la queue. Alors que le nombre de demandeurs d'emplois a baissé de 1% au premier trimestre 2018, Pôle emploi pourrait… licencier. Quelque 4.000 postes d'agents, sur les 55.800 que compte l'organisme, pourraient être supprimés d'ici à trois ans, rapporte le Journal du Dimanche. Les syndicats ne cachent pas leur inquiétude.

Lire la suite : Le chômage baisse donc Pôle emploi va... licencier

Hubert Mongon et Jean Bassères : « Les embauches sont devenues notre premier défi »


Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, et Hubert Mongon, délégué général de l'UIMM,
au siège de Pôle emploi à Paris 20ème. - Nicolas Guerbe pour Les Echos

Près d'un industriel sur deux dit avoir des difficultés pour recruter. Dans un entretien aux « Echos », le patron de Pôle emploi, Jean Bassères, et le délégué général de l'UIMM, Hubert Mongon, estiment que la filière devra aller chercher des profils qui n'auraient pas imaginé travailler dans l'industrie.

L'industrie française crée de nouveau des emplois. Est-ce durable ?


Hubert Mongon : Les différentes mesures gouvernementales prises ces dernières années, c'est-à-dire le suramortissement des investissements, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et le pacte de responsabilité, ont eu des effets sur les marges des entreprises qui se sont redressées. Dans l'industrie, elles atteignent désormais presque le niveau d'avant la crise de 2008. Les investissements sont repartis. Depuis la seconde moitié de 2017, grâce aussi à la croissance et au retour de la confiance, l'emploi augmente. Tous les territoires et toutes les filières en profitent. Le mouvement de destruction de l'outil industriel est enfin enrayé. Dans la métallurgie, nous prévoyons donc 110.000 recrutements par an d'ici à 2025, en raison des remplacements, et des créations de nouveaux métiers. L'industrie française anticipe, elle, de recruter 230.000 personnes par an d'ici à 2025.

Lire la suite : Hubert Mongon et Jean Bassères : « Les embauches sont devenues notre premier défi »

Laurent Stricher (Pôle emploi) : « l'agilité, c'est surtout dans les modes de fonctionnement »


Laurent Stricher, Directeur Général adjoint en charge de la DSI chez Pôle emploi, pilote une IT quasi-bancaire aux volumes de traitements considérables. Pourtant, au nom du service public dû aux demandeurs d'emploi, aux entreprises et aux autres acteurs de l'emploi (agences d'intérim...), Pôle emploi s'est totalement transformé, misant sur l'agilité, l'ouverture et l'intrapeuneuriat. Pôle emploi est issu de la fusion de l'ANPE et des Assedic en 2008.

CIO : Pôle emploi est le résultat de la fusion de l'ANPE et des Assedic. La fusion est-elle encore un sujet ? Comment se caractérise le SI de Pôle emploi aujourd'hui ?

Laurent Stricher : La fusion n'est plus un sujet depuis 2012, date à laquelle nous avons finalisé le plan d'unification du SI (2009-2012). Nos SI comme nos missions étaient largement complémentaires et il n'y avait guère de doublons en dehors des fonctions supports. Notre rôle est, d'un côté, d'accompagner les demandeurs d'emplois pour retrouver un poste et d'indemniser les anciens salariés. De l'autre, nous devons accompagner les entreprises qui recrutent à trouver dans les meilleurs délais le candidat correspondant à leurs besoins.

Lire la suite : Laurent Stricher (Pôle emploi) : « l'agilité, c'est surtout dans les modes de fonctionnement »

La Parisienne Libérée : «Le marché du chômage»

le marché du chômage – grande braderie du droit du travail, tout doit disparaître !



Dans l'état actuel du texte, le projet de réforme du code du travail a pour objectif de flexibiliser (encore) les horaires et salaires des travailleurs. Si l'UMP avait essayé de faire passer un tel projet de loi – en procédure accélérée, en plus – nous aurions été des millions dans la rue !

CONTEXTE
Le projet de loi qui est actuellement en cours de discussion à l'Assemblée nationale fait suite à l'Accord national interprofessionnel (ANI) signé le 11 janvier 2013 entre ceux qu'il est convenu d'appeler « les partenaires sociaux ». Il y est question de modifier en profondeur le droit du travail. Si le texte est adopté, ces changements auront de lourdes conséquences pour les salariés – en particulier ceux dont l'entreprise aura conclu un « accord de maintien dans l'emploi ».
Le texte de l'ANI est téléchargeable ici (voir aussi l'annexe à l'article 18) et le projet de loi est là. Prenez le temps de les parcourir, afin de vous rendre compte par vous-même de la gravité des atteintes portées aux droits des salariés.
Les explications vidéos de G. Filoche (PS) sur le texte de l'ANI valent aussi la peine d'être regardées, car elle sont aussi expressives qu'exhaustives.

LE MARCHÉ DU CHÔMAGE
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

Bienvenus mesdames et messieurs
Approchez n’ayez pas peur
À tarif avantageux
Découvrez nos gammes de chômeurs

Profitez d’un essai gratuit
« Saisonniers, intérimaires »
Sur des millions de produits
On sait comment vous satisfaire

Allez approchez mesdames et messieurs
Approchez !
Sur le marché du chômage

Acheter c’est pas dommage !

Bienvenus dans la grande braderie
Du chômeur à petit prix
Tout pour vos licenciements
Au rabais, évidemment

La foire aux chômeurs pas chers
Vend aussi du temps partiel
Avec lettre volontaire
De dérogation personnelle

Du sans-emploi en promo
Si vous nous prenez un lot
Même pour votre conso perso
Le prix du détail au prix d’gros

Allez approchez mesdames et messieurs
Approchez !
Sur le marché du chômage

Y'a toutes les tailles et tous les âges !
Bienvenus dans la grande braderie
Du chômeur à petit prix
Tout pour vos licenciements
Au rabais, évidemment

Grâce aux accords de maintien
Il y a du nouveau sur le marché
Approchez vous ne risquez rien
Tous nos produits sont vaccinés

Finies les épidémies
Et les fièvres prud’homales
Depuis qu’on a interdit
Tous les accès du tribunal

Allez approchez mesdames et messieurs
Approchez !
Sur le marché du chômage

Chaque jour de nouveaux arrivages !

Bienvenus dans la grande braderie
Du chômeur à petit prix
Tout pour vos licenciements
Au rabais, évidemment

Opération exclusive
Choisissez dès maintenant
Sans procédure collective
L’ordre de vos licenciements

Et pour chaque vieux acheté
Grâce à notre offre couplée
Un chômeur de 26 ans
Vous sera remis gracieusement

Allez approchez mesdames et messieurs
Approchez !
Sur le marché du chômage

On vous paye même les charges !

Bienvenus dans la grande braderie
Du chômeur à petit prix
Tout pour vos licenciements
Au rabais, évidemment

Par La Parisienne libérée


Chômeurs et Précaires marcheront sur Paris du 15 juin au 6 juillet


Le MNCP - Mouvement National des Chômeurs et Précaires - appelle à l'organisation de marches de Chômeurs vers Paris, à partir du 15 juin. Ci-dessous le communiqué du MNCP.

Samedi 13 avril, lors de l'assemblée générale du MNCP, un appel a été lancé à toutes les personnes ou organisations intéressées pour une marche des chômeurs sur Paris en juin.

Dans une situation économique particulièrement tendue, chômeurs et précaires ont plus que jamais besoin de solidarité et d'échanges. De nombreuses personnes ont déjà répondu à l'appel.

Une réunion de travail entre associations de chômeurs et précaires (MNCP, APEIS, AC !, DAL) et les représentants des syndicats FSU (dont SNU Pôle emploi) et Solidaires (dont Sud emploi) s’est tenue mardi 23 avril pour préciser l’organisation de la Marche sur Paris (des représentants de la CFDT Pôle emploi, présents à la réunion, ont indiqué soutenir plusieurs propositions communes mais n’appellent pas à la Marche).

Celle-ci se déroulera du 15 juin, pour un premier départ, au 6 juillet pour l’arrivée à Paris. D’autres départs échelonnés, en fonction des régions et des dates, seront prochainement fixés en lien avec les associations et syndicats sur le plan local. Une Marche en préparation à La Réunion, département le plus touché par le chômage, enverra une délégation pour le départ du samedi 15 juin. La plateforme commune de propositions et un texte d’appel sont soumis pour validation aux organisations participantes.

Des contacts sont en cours pour élargir la participation et les soutiens. Associations et syndicats ont mis en place un groupe de travail permanent et le collectif d’organisation a convenu d’une prochaine réunion.

==> Et le commentaire d'Actuchomage :

Comme à l'accoutumé, nous suivrons l'organisation de ces marches, sous réserve d'y être invités, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui (alors que cela fait 9 ans que nous couvrons au quotidien, par écrit et en vidéo, l'actualité et les actions des réseaux militants, des collectifs et organisations de Chômeurs et Précaires).

Si ces marches peuvent contribuer à resserrer les liens (quelque peu distendus ces derniers temps) entre les organisations, nous nous en réjouissons.

Pour autant, les dates de départ (et d'arrivée) nous apparaissent bien tardives. Fin juin et début juillet sont rarement des périodes propices aux mobilisations d'envergure et aux mouvements sociaux.

YB

A LIRE AUSSI :

>> Chômeurs et Précaires : en marche sur Paris du 15 juin au 06 juillet | MNCP | 24/04/2013


"Rosecelavi" soigne petits et grands bugs de Pôle emploi

Depuis bientôt cinq ans, il n'y a pas une journée sans que Rose-Marie Péchallat se connecte au moins une fois à son site destiné à aider les chômeurs en prise avec Pôle emploi. "Si je ne le fais pas, j'ai ensuite trop de boulot à rattraper", explique cette ancienne conseillère de l'ANPE (ex-Pôle emploi) désormais retraitée. Depuis son appartement situé sur la colline de la Croix-Rousse, à Lyon, elle répond en continu aux demandes d'aide sur son forum, baptisé Recours-radiation.

Par l'expertise qu'elle a pu acquérir, "Rosecelavi" (son pseudo sur le forum) est devenue la référence des petits et des grands bugs que peut connaître Pôle emploi. C'est elle qui a ainsi alerté la presse après qu'une chômeuse fréquentant son forum eut reçu un courrier de Pôle emploi lui donnant 22 000 ans pour rembourser un trop-perçu de plusieurs milliers d'euros. Pôle emploi a ensuite suspendu cette dette. C'est encore elle qui a montré que des chômeurs se faisaient parfois radier...

vvv